l'info en continu

63% des congolais pensent que l’état de siège aboutira à « l’éradication totale » des groupes armés dans l’Est (sondage)

- Publicité-

Dans un sondage national, publié en ce mois d’octobre 2021, le Bureau d’études, de recherche et consulting international (Berci) et le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) pense que l’état de siège proclamé par Félix Tshisekedi depuis le 02 mai 2021 dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, qui est toujours en vigueur est populaire, mais sans amélioration face à la recrudescence de l’insécurité dans l’est de la RDC.

Congolese soldiers from the Armed Forces of the Democratic Republic of Congo (FARDC) walk in line after the army took over an ADF rebel camp, near the town of Kimbau, North Kivu Province, Democratic Republic of Congo, February 20, 2018. REUTERS/Goran Tomasevic SEARCH « TOMASEVIC KIMBAU » FOR THIS STORY. SEARCH « WIDER IMAGE » FOR ALL STORIES. – RC11A15F3FC0

Quatre mois après son entrée en vigueur, cette mesure emblématique en matière sécuritaire est toujours plébiscitée.

- Publicité-

Selon ce sondage, 63% des personnes interrogées estiment que l’état de siège est une bonne chose. Et une majorité de sondés (53%) pense même que cette mesure conduira à l’éradication totale des groupes armés dans l’Est.

En même temps, l’inquiétude des sondés sur leur sécurité personnelle au quotidien a baissé. La proportion des sondés qui s’estiment en insécurité lorsqu’elles marchent seules, la nuit ou tôt le matin, dans leur quartier ou leur village est passée de 49 % en mars à 29 % en septembre. Cette évolution, pour le rapport du sondage, est néanmoins beaucoup moins marquée pour les habitants des provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu : 44 % se sentent toujours en insécurité dans ce contexte.

En réalité, tout en plébiscitant l’état de siège, les sondés sont réservés quant à son efficacité jusque-là : 47 % des personnes interrogées estiment que l’état de siège a amélioré la situation, 31% la jugent inchangée et 11% estiment que l’état de siège a détérioré la situation. L’appréciation est beaucoup moins positive si l’on se concentre sur les habitants des trois provinces en conflit : chez ces derniers, une légère majorité estime que l’état de siège n’a rien changé (30 %) ou a détérioré la situation sécuritaire (22 %). Et une minorité d’entre eux (43 %) estiment que l’état de siège conduira à l’éradication totale des groupes armés.

La situation sécuritaire s’est globalement dégradée dans l’Est

Selon toujours le même sondage, l’écart entre la population de l’Est et la population générale est en réalité visible à l’égard de toutes les institutions chargées de la sécurité : 66 % des personnes résidant au Nord-Kivu, au Sud-Kivu ou en Ituri estiment que la situation sécuritaire s’est globalement dégradée dans l’Est sous l’action du gouvernement de Sama Lukonde (56 % des sondés en général) ; 57 % d’entre eux n’ont pas confiance en la Police nationale congolaise (53 % des sondés en général) ; les FARDC suscitent de la méfiance chez 51 % d’entre eux (contre 42 % dans la population générale). Seuls 39 % des habitants des trois provinces font confiance au gouvernement central pour assurer leur sécurité (contre 50 % en général) et les gouvernements provinciaux font encore moins bien : seuls 36 % des habitants de l’Est leur font confiance (contre 44 % au plan national). d’aggraver la méfiance entre les populations des provinces concernées et le gouvernement central.

Tout aussi, ces institutions estiment que une prolongation de l’état de siège dans la durée donc d’aggraver la méfiance entre les populations des provinces concernées et le gouvernement central.

Dominique Malala

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU