PUBLICITÉ

Entérinement de Denis Kadima : le G13 invite toutes les parties prenantes à revenir au consensus

Le Groupe de treize personnalités signataires de l’appel du 11 juillet 2020 en faveur d’un consensus
autour des réformes électorales, G13 en sigle, a dans une déclaration ce samedi 16 octobre 2021, invité toutes les parties prenantes à se ressaisir et à revenir au consensus comme la seule voie pour sauver le processus électoral et empêcher l’enlisement de la situation.

Car, ce groupe estime que la CENI (la Commission Électorale Nationale Indépendante) est un pilier majeur de la gouvernance électorale et un gage de la concorde nationale. L’installation de ses membres est une première alerte quant au niveau de
crédibilité du processus électoral, des élections elles-mêmes et de leurs résultats.

Ainsi, le G13 dit suivre très attentivement le processus de mise en place
du Bureau de la CENI ainsi que toutes les divergences qui l’entourent.

En effet, le G13 rappelle que son initiative d’approcher toutes les parties prenantes au processus électoral visait à faciliter l’harmonisation des vues, dans un contexte où la procédure de désignation des membres de la CENI a été, en juin 2020, au centre des troubles et manifestations de rue, causés par les profondes divergences autour de la question électorale.

Le G13 avait réussi, en son temps, estime-t-il, à réunir le consensus des parties prenantes, hormis le Front Commun pour le Congo (FCC) sur des options fondamentales de réformes électorales, en vue de
prévenir la crise postélectorale et de garantir, pour ce faire, la tenue des élections transparentes
démocratiques, crédibles et apaisées en 2023.

Tout aussi, le G13 rappelle sa déclaration du 11 juillet 2021 dans laquelle il regrettait le dévoiement de ce résultat d’un travail républicain réalisé aux côtés des autres forces politiques et sociales.

Il considère cependant que les dérapages auxquels on assiste actuellement sont la conséquence de la volonté de la classe politique de dévier et faire dérailler l’exigence des réformes électorales, au risque de compromettre l’organisation des élections en 2023.

Par ailleurs, le G13 réaffirme sa détermination à poursuivre sans désemparer ses efforts, de concert avec toutes les institutions publiques ainsi que les autres forces politiques et sociales du pays, de façon à assurer la tenue des élections en 2023.

Il appelle, dans ce cadre, les institutions publiques à s’engager, en vertu de la constitution, pour garantir la tenue des élections dans des conditions de transparence et de crédibilité meilleures que celles de 2006, 2011 et 2018.

Dominique Malala

- Publicité -

EN CONTINU