PUBLICITÉ

L’Assemblée nationale adopte la cinquième prorogation de l’état de siège

337 sur 342 députés nationaux présents à la plénière de ce mardi 3 août 2021 dans la salle des congrès de l’Assemblée nationale ont voté pour le projet de loi porté par le Ministre du Développement Rural, François Rubota Masumbuku qui a remplacé la Ministre d’État en charge de la Justice et Garde des Sceaux.

Le ministre a justifié cette nouvelle prorogation par la persistance des cas de terrorisme et de l’insécurité entretenus par l’activité des groupes rebelles locaux et étrangers depuis deux décennies en Ituri et au Nord-Kivu.

De ce fait, il note tout de même qu’après près de 90 jours de la proclamation de l’état de siège, il y a des signaux encourageants dans ces deux provinces. D’où, il a insisté pour que les députés autorisent cette 5ème prorogation.

Déjà, au départ, cette séance plénière avait initialement prévue un seul point inscrit à l’ordre du jour après la manifestation de certains élus dans la salle obligeant ainsi le speaker de la Chambre Basse d’inscrire une autre matière à l’ordre du jour celle de l’évaluation de l’état de siège dans les provinces concernées.

Pendant près de 2 heures du temps, les élus du peuple ont évalué cet état de siège en huit clos avec avec quelques membres du Gouvernement à l’occurrence le Ministre d’État en charge du Développement Rural, le Ministre de la Défense et le Vice-ministre de l’Intérieur.

À en croire le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’kodia, l’évaluation de l’état de siège se poursuivra, ce mercredi 4 août, au sein de la Commission Défense et Sécurité de la Chambre Basse du Parlement avec 3 membres du Gouvernement de la République. Il s’agit bien entendu le Vice-premier ministre, Ministre de l’Intérieur et la Ministre d’État en charge de la Justice et Garde des Sceaux ainsi que le Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Cette 5ème prorogation de l’état de siège a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale et sera adoptée en seconde lecture par le Sénat. Et ensuite, sera envoyée au Chef de l’État pour sa promulgation.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU