PUBLICITÉ

Profanation du diocèse de Mbuji-mayi : « avec plus de 30 ans de lutte, l’UDPS ne s’est jamais illustrée dans des violations » (Joscky Bope)

C’est en réponse à l’indexation de l’UDPS, parti cher au Président de la République, sur la profanation du diocèse de Mbuji-mayi intervenue la semaine dernière en rapport avec la désignation du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) que la Nouvelle Génération Tshisekedi (NGT), structure affiliée à l’UDPS, argue.

Joscky Bope, Secrétaire Général adjoint de la NGT, a pour sa part condamné des accusations faites contre l’UDPS à propos des attaques qui ont eu lieu la semaine dernière dans le diocèse de Mbujimayi, dans le Kasaï-Central.

Dans une de ses communications parvenue, ce lundi 2 août, Joscky Bope déclare que le parti présidentiel qui a mené une lutte pacifique de plus de 30 ans n’y est pour rien.

« Avec plus de 30 ans de lutte, l’UDPS a mené des actions pacifiques et ne s’est jamais illustrée dans les violations des lieux sacro-saints, à l’instar de la grande église catholique. Qu’on ne mêle pas le parti dans l’affaire de profanation de paroisses catholiques du Kasaï », s’est-il exprimé.

Dans ce message, il fustige également ces actes de violence à l’endroit de l’église universelle. « Il y aurait sûrement les auteurs de ces actes que nous déplorons tous », confie Joscky Bope.

Pour rappel, ces scènes de violence se sont produites après que l’église catholique et protestante ont refusé d’apposer leurs signatures sur les procès-verbaux de la désignation du nouveau président de la CENI alors que les six autres confessions religieuses s’étaient mises d’accord.

Pour l’heure, les auteurs desdites attaques restent non identifiés et demeurent introuvables.

Hervé Pedro

- Publicité -

EN CONTINU