PUBLICITÉ

Les Confessions religieuses plaident pour un consensus autour de la proposition de loi sur la CENI avant sa promulgation

Depuis l’adoption de la proposition de loi organique portant organisation et fonctionnement de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) par les deux Chambres du Parlement, les confessions religieuses et le pouvoir en place ont des vues diamétralement opposées sur cette question.

Éric Nsenga, délégué de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) dans la plateforme réunissant les 8 principales congrégations religieuses du pays, a laissé entendre, ce mardi 6 juillet via Top Congo FM, que les confessions religieuses continuent à plaider pour un consensus autour de la proposition de loi sur la CENI et ce, avant sa promulgation par le Chef de l’Etat.

« Il faut que nous mesurions tous la pertinence d’avoir un processus apaisé et crédible en 2023. Aujourd’hui, il n’y a pas que les confessions religieuses qui militent pour un accord entre les parties prenantes au processus électoral. Les avis ne cessent de tomber du côté de la société civile de manière générale et des acteurs politiques. Il faut tenir compte de tous les avis qui sont donnés çà et là», a-t-il révélé.

En même temps, a-t-il insisté, il faut que les uns et les autres mettent un peu d’eau dans leur vin, évitent des postures de conflits, confrontations. Dans la foulée, ce délégué de l’Eglise du Christ au Congo a fait savoir que des contacts informels sont déjà initiés avec les leaders politiques et de la Société Civile en perspective de ce consensus.

« Il y a des discussions qui se font par d’autres canaux, pas forcément médiatiques. Il y a des réunions en bilatérale pour voir comment nous pouvons trouver une issue beaucoup plus apaisée. Les choses vont se dessiner. Chacun y travaille », a-t-il expliqué.

Pour rappel, la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale et en seconde lecture par le Sénat. Pas plus loin que la semaine dernière, la Cour Constitutionnelle a confirmé la conformité de cette loi dans la constitution du 18 février 2006. A présent, il ne reste que sa promulgation par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU