PUBLICITÉ

61 ans d’indépendance : « Nous n’avons connu qu’une brève joie de cette indépendance » (Guy Lumumba)

En marge de la célébration de l’indépendance de la République démocratique du Congo le 30 juin 2021, Guy-Patrice Lumumba, cadet de la famille du premier Premier Ministre congolais, a brossé l’état des lieux du pays, 61 ans après son accession à la souveraineté nationale. Dans un message à cette occasion, Guy Lumumba estime, sans aller dans le dos de la cuillère, que les congolais n’ont connu qu’une brève joie de cette indépendance.

Selon lui, à seulement deux mois de l’indépendance, les belges ont armé des « aigris » afin de détruire le pays, par une série de massacres de têtes congolaises pensantes dans le souci d’hypothequer l’avenir de la RDC.

« Dans nos cœurs, nous nous souvenons de cette journée de libération de la tutelle belge et de ses crimes commis sur nos ancêtres. Nous n’avons connu qu’une brève joie de cette indépendance, deux mois seulement, après que les belges achèterent et armerent des aigris pour détruire notre jeune pays. Une longue nuit des couteaux firent couler le sang de nos parents, décapitera les têtes pensantes et hypothèquera l’avenir du pays », hausse-t-il.

« Lumumba, Mpolo, Okito, Bamba, Masiala, Mulele, Armand Tungulu, Chebeya payerent de leur sang le combat pour la liberté. Cette longue nuit à engendré des congolais à la peau blanche, cruels avec le peuple et obsequieux envers les occidentaux. » dénonce Guy-Patrice Lumumba sur POLITICO.CD

D’après le dernier fils de Lumumba, 61 ans après, le pillage des potentiels du Congo notamment ses ressources naturelles n’a cessé. Il appelle les congolais de se lever.

« L’homme congolais est piétiné, ses droits bafoués et son sous-sol cédé aux étrangers. Nous, descendants des combattants de l’indépendance, nous nous leverons comme un seul peuple pour chasser les ennemis de l’intérieur et dire non à l’exploitation honteuse de nos minerais. » a-t-il clamé.

Par ailleurs, Guy-Patrice Lumumba s’oppose au rapatriement des reliques de son père annoncé par le gouvernement, dont les cérémonies officielles seront organisées en Janvier 2022, après le retour reporté de ce 30 juin suite à la survenue de la troisième vague de covid-19. « Un procès avant tout », persiste-t-il.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU