PUBLICITÉ

Véhicules offerts aux députés : pour le Président Tshisekedi la polémique a été suscitée pour étouffer l’affaire des cartes visa

Le Président de la République, Félix Tshisekedi répondait ce jeudi 1 juillet à la presse au sujet du dossier des véhicules que les députés nationaux devront recevoir dans les prochains jours.

De prime abord, le Chef de l’État a tenu à préciser qu’il ne s’agissait pas d’un cadeau qu’il offrait aux députés encore moins de crédit contrairement à ce qu’avait déclaré le Bureau de l’Assemblée Nationale. Selon lui, il s’agit plutôt d’un montage financier entre la chambre basse du parlement et les opérateurs économiques et dont chaque député payera à ses frais.

Félix Tshisekedi a indiqué aussi que cette dotation est une réponse aux revendications des élus pour leur problème de mobilité.

« Il y a parmi ces députés, si vous ne savez pas, je vous informe, notamment ceux venus de l’intérieur qui n’ont même pas les moyens de transport à Kinshasa, alors qu’ils doivent faire leur travail de député. Il y en a qui vont au Parlement à motos avec tous les risques qu’on connaît. Ils posent le problème, ils disent, monsieur le président de la République, nous voulons, comme dans les législatures passées, avoir aussi des véhicules. Ils vont payer à leurs frais, je le signale ici, ce n’est pas que le président de la République a une cagnotte quelque part », a fait savoir Félix Tshisekedi.

En outre, le Chef de l’État a soutenu que la polémique suscitée dans ce dossier était simplement pour étouffer l’affaire des cartes crédits visa prépayées sur le compte général du Trésor révélé par l’IGF.

« D’ailleurs, réfléchissez bien, vous verrez que ce problème ou ce pseudo scandale est intervenu au moment où on parlait des cartes de crédit à la Banque centrale tirées sur le Trésor, n’est-ce pas ? Et donc, ça arrangait les gens à faire plus de bruits avec cette affaire pour étouffer l’autre. C’est simplement ça ! Comment voulez-vous corrompre 500 députés ? Parce notre Assemblée nationale, c’est 500 députés, c’est 500 jeeps qui ont été commandées, ça veut dire que même l’opposition aussi, je vais la corrompre. Ça n’a pas de sens ».

La polémique autour des véhicules de marque Hyundai SUV Pallisad destinées aux députés est parti d’un audio du speaker de la chambre basse du parlement qui révélait qu’il s’agissait bel et bien d’un cadeau du Chef de l’État aux députés en contrepartie de la majorité parlementaire.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU