PUBLICITÉ

Affaire cartes visa : Barnabé Kikaya dénonce « un agenda caché en se servant de l’IGF »

L’affaire des cartes de crédits liées au Compte général du Trésor public via les comptes RME de la Banque Centrale du Congo (BCC), continue à défrayer la chronique en République démocratique du Congo. Egalement cité, à tort ou à raison, sur la liste des probables bénéficiaires de ces cartes, le Professeur Kikaya Bin Karubi, ancien dignitaire de la « galaxie » Kabila, n’a pas manqué dans sa tribune, de lever l’équivoque autour de cette affaire.

Pour cet ancien Conseiller spécial en diplomatie de Joseph Kabila, l’histoire de ces cartes est « un agenda caché en se servant de l’IGF ». Kikaya Bin Karubi estime que « on ne devrait pas aujourd’hui déconstruire ce qui a été construit deux décennies durant de façon laborieuse, certains députés, ministres, ambassadeurs itinérants, hauts représentants, chargés de mission et secrétaires particuliers ayant été contraints parfois des mois entiers à sauter d’un avion à un autre, d’un train à un autre, pour négocier du retour du Congo à la table des décideurs ».

L’ex conseiller spécial de Kabila affirme qu’aucun des compatriotes ayant participé au retour du Congo dans le concert des nations ne validerait l’entreprise de démolition en cours de l’Etat quand on a conscience du fait qu’au finish, plus personne, au pays où à l’étranger, n’accepterait une mission de bons offices. A moins, rétorque-t-il, comme le soupçonnent certains, d’avoir un agenda caché en faisant porter à l’IGF la responsabilité d’un scandale des cartes bancaires qui, d’après lui, n’en est pourtant pas un.

Contrairement à la liste publiée le 14 juin 2021, celle de Rawbank, le professeur Kikaya précise que Déogratias Mutombo note à l’attention du ministre des Finances : « aussi, faudra-t-il souligner, pour votre édification, que ces cartes ne sont pas directement liées au compte Général du Trésor. Cela ne saurait être le cas. En effet, suivant le schéma classique établi à cet effet, lesdits cartes sont émises par le correspondant local et adossées au compte résident monnaie étrangère de la BCC dans les livres de la banque émettrice. C’est à la réception des avis de débit, suite à leur utilisation, que la BCC répercute au Compte Général du Trésor, le montant ad hoc et, ce, à due concurrence».

Pour confirmer la régularité de cette pratique, Kikaya Bin Karubi a fait savoir que le Ministre des Affaires étrangères Christophe Lutundula est bénéficiaire de la carte, apparaît en deuxième position, émise le 5 mai 2021, soit une dizaine de jours seulement après l’investiture Gouvernement Sama Lukonde constitué exclusivement d’acteurs de l’Union Sacrée de la nation.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU