PUBLICITÉ

Dossier véhicules offerts aux députés : la Lucha dénonce les pratiques mafieuses d’achat des consciences et sollicite une enquête de l’IGF

Les réactions continuent de fuser de partout au sujet des véhicules de marque Hyundai SUV Pallisad destinés aux députés nationaux. Ce jeudi 24 juin, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement ( LUCHA) a également réagi à ce sujet.

D’entre de jeu, ce mouvement citoyen dénonce des explications tout aussi contradictoires qu’alambiquées et défectueuses fournies par certains députés nationaux.

« Tantôt, il s’agirait des crédits octroyés par une banque privée (inconnue), tantôt des véhicules de fonction à restituer ou à racheter à la fin du mandat ou encore des cadeaux du chef de l’état aux élus nationaux. C’est le quiproquo! », s’exclame Lucha.

Selon la Lucha, ces justifications contradictoires apportées par le bureau de l’assemblée nationale et des députés nationaux illustrent la volonté manifeste pour l’assemblée nationale de cacher au peuple congolais toute la vérité sur ce scandale.

« Le scandale des jeeps SUV Palisade aux députés nationaux met en nu les pratiques mafieuses de corruption, d’achat de conscience, de gabegie, de gestion opaque et de répartition inéquitable des ressources publiques qui se poursuivent impunément au sein des institutions et ce, en dépit des engagements du président Felix Tshisekedi à réprimer farouchement la corruption dans toutes ses formes », a-t-elle lâché.

Lucha estime inconcevable que la fourniture des moyens de transport à des députés nationaux qui, selon elle n’en manquent pas et qui sont parmi les catégories socioprofessionnelles les mieux payées soit la priorité des autorités congolaises alors que le pays fait face à une crise sanitaire de la covid-19, à une crise humanitaire induite de l’éruption volcanique, des conflits armés dans l’Est et de la forte pauvreté de la population.

Compte tenu du tollé général suscité par cette affaire, ce mouvement citoyen exige aux élus nationaux à renoncer rapidement et publiquement à ce don en signe d’attachement au combat pour la réduction du train de vie des institutions étatiques.

En outre, la Lucha demande à l’assemblée nationale et au gouvernement de procéder à la vente publique de ces jeeps et de réinvestir ces fonds dans des domaines d’intérêt public et direct pour la population.

A l’instar de l’ODEP, la Lutte pour le Changement appelle l’Inspection Générale des Finances (IGF) à diligenter urgemment une enquête sérieuse pour déterminer l’origine des fonds et établir les responsabilités en cas de corruption ou toute autre forme d’infractions économiques.

Entre-temps, Lucha interpelle l’IGF à s’assurer que la procédure de passation des marchés publics a été scrupuleusement respectée.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU