mercredi, juillet 28, 2021
DRC
48,970
Personnes infectées
Updated on 28 July 2021 à 14:54 14 h 54 min
DRC
18,450
Personnes en soins
Updated on 28 July 2021 à 14:54 14 h 54 min
DRC
29,497
Personnes guéries
Updated on 28 July 2021 à 14:54 14 h 54 min
DRC
1,023
Personnes mortes
Updated on 28 July 2021 à 14:54 14 h 54 min

l'info en continu

Procès en appel de Kamerhe : l’arrêt de la Cour d’appel attendu ce mardi

- Publicité-

La cour d’appel de Kinshasa va rendre son verdict dans l’affaire de détournement des fonds alloués au programme d’urgence de 100 jours du président Félix Tshisekedi ce mardi 15 juin, quelques semaines après le déroulement du procès en appel sous haute tension.

Du côté de l’Union pour la Nation Congolaise UNC qui attend de pied ferme l’acquittement de son leader Vital Kamerhe condamné en premier degré pour 20 ans de prison, c’est un état d’esprit de suspens et d’assurance en même temps qui y règne.

- Publicité-

Toutefois le doute est également observé. En effet, interrogé par Radio Okapi jeudi 10 juin dernier, le Secrétaire général de l’UNC, Billy Kambale avait qualifié sans passer par le dos de la cuillère de “moins crédible ce procès depuis le début. Pour lui, il y a de “l’acharnement” et de “complot politique.”

Billy Kambale avait promis que son parti l’UNC, qui passe un moment si particulier, ne va pas croiser les bras devant des complots politiquement ourdis, mais l’heure n’a pas encore sonné. “Nous finirons par crever l’abcès.” haussait-t-il le ton avant de lâcher par la suite, “mais nous ne sommes pas encore là, parce qu’il y a un garant du bon fonctionnement des institutions qui peut mettre un terme.”

Bien plus, exhortait-il “Nous disons au président de la République, de la même manière qu’il était intervenu pour sauver les députés lors que la cour constitutionnelle avait validé de manière cavalière des députés qui étaient réellement élus, nous lui demandons pour cette fois aussi de s’impliquer qu’il puisse corriger cette erreur de mal jugé dont nous avons senti au second degré une brutalité, on a senti l’autosuffisance.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU