PUBLICITÉ

État de siège en Ituri et Nord-Kivu : Sama Lukonde appelle à nouveau les groupes armés à se rendre

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, demande aux groupes armés locaux à déposer les armes sans attendre et sans condition. Il a fait cet appel lors de sa conférence de presse tenue ce lundi 7 juin à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

« Je voulais ici réitérer mon appel à la la reddition volontaire sans condition de tous les groupes armés pour d’intégrer le programme de démobilisation et réinsertion communautaire », a déclaré en substance le Premier Ministre.

En conséquence, martèle le Chef du Gouvernement, « Nous voulons en finir avec les groupes armés qui terrorisent nos populations (…), à ce stade, nous restons optimistes ».

Le 6 mai 2021, l’état de siège était instauré en Ituri et au Nord-Kivu, deux provinces de l’Est de la République démocratique du Congo en proie à violences récurrentes. Le dispositif prévu pour un mois renouvelable est reconduit par le parlement. Les autorités promettent une montée en puissance après cette première prorogation.

« Avec les ressources que les ministres du Budget et des Finances ont mis à la disposition du ministère de la Défense, les opérations militaires vont connaitre une accélération sur le terrain. Et d’ici deux semaines, la situation ne sera plus la même », avait déclaré mardi 1er juin Gilbert Kabanda, ministre de la Défense à l’issue d’une réunion d’évaluation des opérations relatives à l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Réunion présidée par lui-même le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge.

Pour rappel, le Premier Ministre à la tête d’une forte délégation gouvernementale est arrivé à Goma samedi 05 juin dernier, et ce, dans l’objectif avait-il dit : « de se rendre compte de la situation dans laquelle se trouve les déplacés », après l’éruption volcanique du Nyiragongo qui a occasionné plusieurs pertes en vies humaines, d’énormes dégâts matériels et de milliers de déplacés.

Dans la foulée, il a rassuré la population du Nord-Kivu qu’« il repart à Kinshasa en gardant un oeil vigilant sur ce qui se passe ici ».

Dominique Malala

- Publicité -

EN CONTINU