jeudi, octobre 28, 2021
DRC
57,470
Personnes infectées
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min
DRC
5,449
Personnes en soins
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 28 October 2021 à 14:31 14 h 31 min

l'info en continu

Nord-Kivu et Ituri : Félix Tshisekedi instruit le Gouvernement de demander au Parlement une prorogation de 15 jours de l’état de siège

- Publicité-

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, veut obtenir la prorogation de l’état de siège.

Au cours du Conseil des ministres de ce vendredi 28 mai, le Chef de l’État a demandé au Gouvernement de saisir le Parlement pour obtenir une prorogation de 15 jours de l’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri question de permettre aux FARDC « de continuer le déploiement de leurs plans ».

- Publicité-

Par ailleurs, le compte rendu de cette réunion du Gouvernement mentionne que Félix Tshisekedi a salué « les efforts constants des nouvelles autorités militaires dans les provinces de l’Ituri et du Nord Kivu pour vaincre l’ennemi ».

Luboya Nkashama Johnny à la tête de l’Ituri, Constant Ndima Kongba au Nord-Kivu, ils sont désormais les deux visages de la nouvelle stratégie de Félix Tshisekedi dans l’Est, celle par laquelle il entend répondre au « cri de détresse » des populations de ces régions, soumises aux exactions des groupes armés.

Les lieutenants généraux Luboya Nkashama Johnny et Constant Ndima Kongba, nommés respectivement gouverneurs militaires de l’Ituri et du Nord-Kivu, ont pris leurs fonctions dans un contexte tendu, alors que de nombreuses voix au sein de la société civile se sont fait entendre pour dire leurs craintes quant aux risques de confier l’administration de ces territoires déjà fortement éprouvés aux seuls militaires.

Concernant les droits de l’homme, les critiques se poursuivent. La dernière sortie médiatique concerne Linda Thomas-Greenfield, l’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies. Dans son échange avec Félix Tshisekedi au téléphone elle s’était dit « préoccupée par le fait que des officiers supérieurs des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ayant des antécédents problématiques en matière de droits humains demeurent à des postes de direction ».

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU