PUBLICITÉ

Coopération transfrontalière entre la RDC et l’Ouganda : « le parlement doit connaître cet accord historique » (J. Munubo)

Le Député National Juvénal Munubo Mubi, Rapporteur de la commission permanente défense et sécurité de l’Assemblée Nationale, s’est exprimé, au lendemanin de l’annonce de la signature de l’accord « historique » entre la République démocratique du Congo et la République Ougandaise, dont le contenu n’a pas été révélé au public. 

« La coopération régionale a toujours été souhaitée. Ces accords ainsi signés entre la RDC et l’Ouganda, devront cependant être ratifiés par le Parlement, y compris celui sur la défense et la sécurité, si l’on veut respecter la Constitution de la RDC, spécialement l’article 214 », a insisté Juvénal Munubo.

Dans un entretien accordé, vendredi 28 mai à POLITICO.CD, Juvenal Munubo explique qu’en vertu de l’article 214 de la constitution, les accords que signent la RDC doivent impérativement passer par le parlement pour la ratification avant leur entrée en vigueur. 

« Ça sera une violation pure et simple de l’article 214 de la constitution, et en cas d’une violation par le gouvernement de la constitution, la sanction est d’ordre politique. Elle peut conduire le gouvernement à engager sa responsabilité politique. Sauf, je ne voudrais pas anticiper. Je présume que le gouvernement est animé d’un soucis de respecter la constitution, le leadership du parlement également, le bureau de l’assemblée nationale. Donc je peux considérer que tout le monde est animé du souci de respecter la constitution, et une séance doit être organisée au parlement pour que ces accords soient présentés, que les députés puissent les analyser accorder l’autorisation de la ratification. Dans le cas contraire, on sera dans la violation de la constitution, spécialement de l’article 214, avec les conséquences d’ordre politique », a-t-il prévenu.

Cependant, Juvénal Munubo s’interroge: quel intérêt anime l’Ouganda d’intervenir dans les projets intégrateurs, à construire les routes de la RDC, parce qu’elle ne peut le faire sans intérêt politique ou économique. 

‘L’Ouganda a été reconnu coupable  d’actes d’agression par la cour internationale de la justice (CIJ). L’Ouganda a été condamné, il doit des dommages et intérêts à la République démocratique du Congo. Est-ce la priorité pour le gouvernement, de s’engager dans les projets intégrateurs avec l’Ouganda, où  la priorité, est d’abord celle de recevoir les indemnisations d’acte d’agression commis par l’Ouganda? »

Et d’ajouter d’autres préoccupations, « quel sera le contenu des accords défense et sécurité? Est-ce que ça prevoit une possibilité de l’entrée des troupes ougandaises au Congo?. Nous ne serons pas d’accord, parce qu’elles ont déjà eu a faire des séjours au Congo, lors de la deuxième guerre du Congo. Et on sait tous à quoi cela à conduit, des affrontements à Kisangani, la guerre de 6 jours entre les ougandais (UPDF) et les rwandais (RDF), ou la priorité c’est de recouvrer les dommages et intérêts. Il faut que le gouvernement nous fixe sur cette priorité. » 

Dans un tweet,  le Président ougandais Yoweri Museveni, a remercié son homologue Félix Tshisekedi d’avoir accepté son invitation en déléguant Christophe Lutundula, Ministre des Affaires étrangères, pour signer « cet accord historique », qui démontre les relations étroites et fraternelles entre les deux pays, a-t-il indiqué 

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. D’accord avec le député national Juvénal Munobo. lisu likolo na lisu. Fatshi prône l’état de droit. le vrai état de droit est celui qui respecte premièrement le principe de séparation des pouvoirs énoncé par John Locke et popularisé par Montesquieu, et ensuite respecter les libertés publiques L’Ouganda doit s’acquitter d’abord des indemnités réparatrices vis a vis de la RDC.

Comments are closed.

EN CONTINU