PUBLICITÉ

Répression de la marche de l’UNC : « Ça prouve que les bases sur lesquelles nous sommes entrain de bâtir l’État de droit sont des bases qui sont tellement fragiles » (Billy Kambale)

La Police Nationale Congolaise (PNC) a dispersé à coup des gaz lacrymogènes, la marche des militants de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) organisée ce vendredi 28 mai pour non seulement soutenir son président national Vital Kamerhe mais aussi exiger son acquittement.

Réagissant à cette répression, Billy Kambale, ancien ministre de la Jeunesse et de la nouvelle citoyenneté et Haut-Cadre du parti cher à Vital Kamerhe déplore la violence policière dont ont été victimes les militants de son parti quand bien même la démarche légale était respectée.

Billy Kambale fustige le fait que malgré leur appartenance à l’union sacrée de la nation, les autorités ont déployé un dispositif sécuritaire afin de brutaliser les manifestants pacifiques.

« Nous devons avoir l’habitude de nous dire la vérité en face, parce que l’amitié il faut l’entretenir, l’amitié, il faut savoir se dire la vérité en face. Comment un pouvoir sachant très bien que l’UNC est membre de l’union sacrée de la nation, peut déployer un dispositif sécuritaire afin qu’une brutalité comme celle à laquelle nous avons assisté ? Et ce qui est pire ce que les hommes qui sont venus ne voulaient écouter personne, alors qu’il y a deux jours, officiellement le gouverneur de la ville avait été saisi par écrit par l’interfederal ad-interim de l’UNC/Ville de Kinshasa? », s’est-il interrogé.

Pour Billy Kambale, ces faits prouvent que les bases sur lesquelles l’État de droit est bâti sont fragiles et annonce dans la foulée que l’UNC va porter plainte contre tous les officiers de la police présents à cette marche.

« Ça prouve que les bases sur lesquelles nous sommes entrain de bâtir l’État de droit sont des bases qui sont tellement fragiles et nous annonçons que l’UNC va porter plainte contre monsieur Karl Lewis et contre tous les officiers de la police qui étaient présents ici », annonce Billy Kambale.

Et de renchérir « Parce que l’arbitraire ne sera pas toléré, nous sommes un parti politique respectueux des règles, encore que nous sommes sur le régime de l’information et le régime de l’information demande aux autorités de prendre acte mais si on aurait interdit notre demande, il fallait une réponse de la ville, ce qui n’a jamais été fait, ça n’a jamais été le cas ».

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) marchait à ce jour en prélude du procès en appel de son président national, Vital Kamerhe prévu le 31 du mois en cours.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU