PUBLICITÉ

Éruption volcanique à Goma : près de 130 milles enfants « séparés de leurs familles, d’autres ont traversé la frontière »

Trois jours après l’éruption du volcan du Nyiragongo, l’un des plus actifs de la région des Grands-lacs, d’importants dégâts humains ne cessent d’augmenter. Outres les pertes en vies humaines, des milliers d’enfants, renseigne la division des affaires sociales du Nord-Kivu, se sont séparés de leurs familles, d’autres ont traversé la frontière Congolo-rwandaise.

Selon les informations livrées par Domitila Rusimbuka, Chef de la division provinciale des affaires sociales, ces enfants, estimés à 130 000, se sont égarés de leurs familles alors que la débandade totale embrassait toute la ville samedi dernier lors de coulées de laves du volcan. Parmi eux, regrette Mme Rusimbuka, 300 enfants ont jusque-là été remis à leurs parents.

« Ces enfants sont enregistrés à partir de Miniva, Shasha, Saké, Bweremana et Goma, sans oublier qu’il y a ceux qui ont traversé la frontière. » a-t-elle signalée.

Une fillette brûlée et trois enfants morts asphyxiés

Fouillant les pressions des laves, plusieurs de ces enfants, majoritairement venus de quartiers de Goma et ses environs, ont pris des directions inconnues. Dans leur errance, trois enfants sont morts asphyxiés par la gaz et une fillette brûlée par la lave, informe la cheffe de la division provinciale des affaires sociales. Elle renseigne tout de même que nombreux d’entre ces enfants ont été blessés.

Selon la même source, ces derniers ont connu « d’accidents dans l’errance par manque des structures d’accueil. » Pour l’heure, au moins 250 enfants sont hébergés dans des familles provisoirement, en attendant de retrouver leurs parents, qui, à leur tour, sont désemparés dans la recherche de leurs filles et fils perdus.

À Goma, l’appel est lancé à toute la population de la région afin que tous ceux qui gardent ces enfants le signalent aux structures habiletés notamment à la Croix-Rouge ou les amener au stade de l’unité de Goma. Pour le cas des enfants ayant traversé au Rwanda, Domitila Rusimbuka précise qu’ils seront récupérés par la CICR.

Serge Sindani

- Publicité -

EN CONTINU