PUBLICITÉ

Assassinat d’un journaliste à Masisi : BCNUDH invite les autorités à sécuriser les journalistes

Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits l’Homme (BCNUDH) a condamné, ce lundi 10 mai, le meurtre de Barthelemy Kubanabandu Changamuka, professeur de nutrition et journaliste à la Radio Communautaire de Kitshanga.

Selon l’ONG Journaliste en Danger (JED), Barthelemy Kubanabandu Changamuka, journaliste-animateur de l’émission « Sécurité alimentaire » de la Radio Communautaire de Kitshanga (CORAKI FM), a été attaqué dans l’enclos de son domicile par deux hommes armés en tenue civile qui lui ont tiré à bout portant, huit balles. Ce meurtre a été commis dimanche 9 mai 2021 vers 23 heures. Aucune information n’est pour l’heure disponible sur l’identité et le mobile de ce meurtre.

Suite à ce nouveau drame en plein état de siège, cette agence onusienne invite les autorités à prendre des mesures pour sécuriser les journalistes et les défenseurs de droits l’homme dans l’exercice de leurs activités légitimes, en particulier dans les zones en conflit.

Du côté du gouvernement, le ministre en charge de la communication et des médias Patrick Muyaya, a annoncé que l’enquête était déjà ouverte afin d’établir les tenants et les aboutissants de ce meurtre.

« L’insécurité à la cité de Kitchanga, marquée par les conflits inter ethniques et les groupes armés qui endeuillent la population depuis des années, demeure une préoccupation du Gouvernement. L’état de siège y proclamé est une occasion d’endiguer cette insécurité chronique », a-t-il dit.

JED estime que cette enquête urgente des nouvelles autorités politiques et sécuritaires de la province serait un signal fort dans la lutte contre l’insécurité qui prévaut dans cette province où un Etat de siège vient d’être décrété par le Président de la République dans les provinces du Nord-Kivu et Ituri en proie à des violences inouïes depuis plusieurs années du fait de la présence des multiples groupes armés.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU