PUBLICITÉ

17 ans de gestion du marché de la Liberté de Masina : l’administratrice s’explique à l’Assemblée provinciale

L’administratrice du marché urbain de la Liberté dans la commune de Masina, Fatuma Mangaza, a été entendue ce mercredi 6 mai à l’Assemblée provinciale de Kinshasa (APK).
C’est sur base de la question orale avec débat initiée par le Député provincial, Armand Ifukieto, que l’administratrice de ce marché a été invitée à s’expliquer devant l’Assemblée sur sa gestion depuis 17 ans.

Parmi les questions majeures lui adressées, il y a celle de fixer les élus provinciaux sur la rétrocession due aux communes de Masina, Kimbanseke, N’djili et l’Hôtel de Ville, telle qu’exigée dans l’article 10 de l’arrêté portant création de ce Marché.

A cette question, Fatuma Mangaza affirme que le marché de la liberté rétrocèdait régulièrement aux communes de la Tshangu après déduction de ses charges pendant plusieurs années, jusqu’à ce que les charges explosent et dépassent largement le seuil de ses recettes.

Parmi ces charges, elle cite la rémunération du personnel, la gestion de la salubrité, la sécurité du marché tout en signalant que le marché de la liberté ne reçoit aucune subvention pouvant soutenir son développement.

S’agissant de la question de désigner les investissements faits sous sa gestion, elle déclare : « Le bâtiment dénommé Hururu avec en son sein 7 boutiques ont été construits avec les moyens propres du marché. Sur notre initiative et appuyée par les membres du comité de gestion, nous avons offert aux tiers la possibilité de construire des infrastructures commerciales après la signature d’un protocole d’accord et un contrat de bail qui intervient à la fin des travaux. Ces infrastructures deviendront plus tard les propriétaires du marché de la liberté ».

Concernant la spoliation des espaces du marché de la liberté, l’administratrice rejette tout en bloc.

Réagissant à sa réplique, les députés ouvrent une raffale à laquelle la Chargée des Missions n’a pas été en mesure de répondre à l’immédiat. Pour ce faire, elle a sollicité et obenu de la plénière l’autorisation d’y répondre dans les 48 heures.

Ainsi, le rendez-vous est pris pour le lundi prochain pour la plénière de vérité qui devra se prononcer sur base de la conclusion de député Ifueto, auteur de la question orale.

Bernard Mpoyi

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Salut,à propos de la gestion du marché de la liberté,voulez-vous dire que les députés demande à la propriétaire du marché de les éclairer sur la gestion de sa chose ?
    C’est son marché, elle fait de ses recettes ce qu’elle veut…elle n’a des comptes à rendre à personne, c’est son héritage et surtout arrêtez de l’embêter, la pauvre

Comments are closed.

EN CONTINU