PUBLICITÉ

Tshopo : Un médecin suspendu pour ses « propos discourtois » contre le Gouverneur déchu Walle Lufungula

Mateus Kanga, médecin traitant et superviseur des services de laboratoire à l’hôpital général de référence de Makiso vient d’être suspendu préventivement de ses fonctions. Cette décision est contenue dans une correspondance rendue public ce mardi 04 Mai 2021 par la division provinciale de la Santé dans la province de la Tshopo (DPS/Tshopo).

Selon le Docteur Francis Baelongandi Folo, chef de la DPS/Tshopo qui appose sa signature sur ce document, le jeune médecin, activiste pro-démocratie et coordonateur du mouvement citoyen Parlement Debout RDC, est préventivement suspendu pour une période ne dépassant pas 3 mois. Il est reproché d’avoir tenu des propos « discourtois » à l’endroit de Walle Lufungula, gouverneur déchu de la Tshopo, qui continue de « s’accrocher au pouvoir ». Mateus Kanga est accusé d’être auteur des différents messages partagés, à travers les réseaux sociaux, en date du 15 et 16 avril 2021, allant dans le sens de « minimiser la personnalité de l’autorité provinciale ». Tout, remarque-t-on, remonte lors du vote de la dernière motion de censure par l’Assemblée provinciale qui a débouté le gouverneur Walle Lufungula et son gouvernement.

 »À votre qualité d’agent de carrière de service public de l’État; s’être intentionnellement livré à des déclarations politiques dans les réseaux sociaux contre le Gouverneur de la province de manière incompatible à vos devoirs professionnels lors de vote de motion de censure intervenue le 15 Avril 2021, fait punissable par les prescripts de l’article 116 de la n°16 /013 du 15/07/2013 portant statut des agents de carrière des services publics de l’État. », peut-on lire dans cet acte de suspension.

Et d’indiquer : « L’agent public de l’état est tenu à la courtoisie, dans son langage, ses écrits et tous ses actes. Il doit faire preuve de sincérité, d’honorabilité, de civilité et de bonne tenue. »

Cependant, de son côté, le jeune médecin ne s’avoue pas suspendu. Mateus Kanga qualifie de « politique » cette décision, loin d’une connotation administrative. Pour lui, il y a une main noire et crie à l’abus de pouvoir.

 »Il s’agit d’une suspension politique qui n’a rien à avoir avec l’administration qui est pourtant sensée être apolitique. Sanctionner un agent de la fonction publique suite à ses opinions politiques ?. C’est une sanction de la honte prise sous l’ordre du Gouverneur déchu sans aucun respect de la procédure. Elle ne me concerne nullement, il s’agit simplement d’un moyen utilisé pour obtenir mon silence… », estime-t-il.

Par ailleurs, Mateus Kanga ne se déporte nulle part. Selon lui, ses opinions n’engagent que lui et ses déclarations sont garanties par la Constitution qui accorde la liberté d’expression et de pensée à tout citoyen.

 »Une chose est sûre et certaine, ils n’obtiendront jamais mon silence tant que ma liberté d’opinion sera garentie par la constitution », rétorque cet activiste, ancien prisonnier sous le régime Kabila.

Depuis mi-avril, la crise politique a rebondi dans la Tshopo après une deuxième motion de censure votée contre le gouvernement Walle. Ainsi, les opinions vont dans tous les sens. Le Docteur Mateus Kanga au côté des autres militants soutiennent le départ du gouverneur Walle Lufungula, déchu le 15 Avril dernier (17 sur 28). Pendant ce temps, cette position n’enchante pas le camp adverse qui crie à l’instrumentalisation des jeunes leaders de la Tshopo.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU