PUBLICITÉ

Des musulmans de Beni protestent contre l’assassinat de l’imam Sheik Ali Amin et déposent une plainte à l’auditorat militaire

Des dizaines de personnes de la communauté islamique sont descendues dans les rues de Beni ce lundi 03 mai pour manifester « indignation » après l’assassinat du Sheik Ali Amin. Ces manifestants se sont dirigés jusqu’à l’auditorat militaire garnison de Beni pour y déposer « une plainte contre inconnu ».

L’imam Sheikh Ali Amin, président de la communauté Islamique du Congo (COMICO)/Beni, chargé des cultes, a été tué à bout portant pendant qu’il dirigeait la prière du soir à la mosquée centrale de Jamia de Mupanda, située au quartier Kasabinyole, dans la commune de Rwenzori, ville de Beni.

Dans un communiqué publié le dimanche 02 mai, le président de la coordination urbaine de Beni Kizito Bin Hangi, a condamné avec véhémence l’assassinat ciblé du représentant régional de cultes musulmans Sheik Ali Amin.

« La coordination urbaine de la société civile de Beni, condamne l’assassinat ciblé du représentant régional de cultes musulmans Sheik Ali Amin, tombé par les balles des hommes inconnus alors qu’il conduisait la prière ce samedi 01 mai vers 19h15 à la mosquée Jamia de Mupanda », dit le communiqué consulté par POLITICO.CD.

Et d’ajouter : « la société civile, coordination urbaine se joignant à la communauté musulmane, la coordination urbaine de la société civile se dit, compatir avec la famille qui vient de perdre un homme un homme irremplaçable de part des qualités et sa façon de faire, un activiste des droits humains ».

Etant donné que les auteurs de cet ne sont pas encore identifiés, la société civile de Beni demande à l’auditorat militaire de garnison de Beni, de mener les enquêtes afin de retrouver les auteurs de cet assassinat et de le déférer devant la justice pour qu’ils répondent de leurs actes.

Dans le même sens, elle demande aux services de renseignements civils et militaires de faire efficacement et correctement les investigations pour dénicher les infiltrés et les ennemis qui se baladent paisiblement. Et a la population, de rester toujours clairvoyant car l’ennemi circule avec nous.

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

EN CONTINU