PUBLICITÉ

Aude Magaly Mbenzu se lance dans une campagne pour le changement de comportement avec son concept ITSINA

C’est depuis 2015 qu’Aude Magaly Mbenzu s’est lancée dans le marketing social pour le changement de comportement. Première cible de cette campagne, ses sœurs congolaises et africaines qu’elle sensibilise contre les dangers de la dépigmentation de la peau avec l’hydroquinone et contre le défrisage des cheveux avec des produits chimiques.

Ce combat, Aude Magaly s’y est livrée puisqu’elle dit avoir constaté que le savoir ancestral était délaissé au profit de l’occidental. L’idée pour elle est de s’inspirer de ce savoir-faire ancestral pour l’entretien de la peau et des cheveux, le réinventer et le promouvoir. D’où le concept Itsina qui signifie « racine », qu’elle développe et défend. Itsina est donc une communication de changement de comportement, un marketing social.

Cette jeune femme se définit aussi comme une entrepreneure qui a saisi l’opportunité de ce retour aux sources pour développer un grand marché de la cosmétique ethnique. Elle fabrique elle-même des produits qu’elle vend à faible coût aux congolaises qui, comme elle, se sont tournées vers le naturel.

« Les produits importés ne sont pas élaborés en fonction de notre climat. Itsina s’inspire de ce que nos ancêtres ont utilisé parce que ce sont des produits basiques. Ce sont des produits que les gens ont négligé que nous mettons dans les flacons et nous les proposons aux gens. Des produits adéquats à notre climat », a-t-elle déclaré.

Et depuis peu, elle s’est trouvé une autre cible : les élèves. Avec ses cheveux crépus qu’elle a cessé de défriser depuis 2015, cette ancienne Journaliste sillonne les écoles pour dire aux enfants qu’en tant qu’africains, ils doivent être fières de leur teint et cheveux crépus. Elle leur conseille de ne pas utiliser les produits à base d’hydroquinone pour s’éclaircir la peau et ne pas utiliser les produits chimiques pour défriser les cheveux. L’usage de ces produits chimiques a des conséquences néfastes sur la peau et les cheveux, puisqu’ils ne sont pas adaptés à la peau noire. À force de défriser les cheveux avec les produits chimiques, Mimiche Lokondo a perdu beaucoup de cheveux. C’est ainsi qu’elle s’est décidé de garder des cheveux naturels qu’elle entretient depuis lors avec des produits également naturels qu’Aude lui propose.

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU