l'info en continu

RDC: Plaidoirie pour que Beni soit déclaré une zone sinistrée

- Publicité-

Une délégation en provenance de Beni et de Butembo, constituée des organisations de femmes, étudiants et survivants des massacres, est à Kinshasa. L’objectif de sa mission, c’est de « rendre plus sensibles » les différentes autorités, les instances de prise des décisions tant nationales qu’internationales sur la situation sécuritaire délétère observée dans les deux Kivu ainsi qu’en Ituri.

Ce collectif qui comprend femmes, étudiants et survivants des massacres, plaide pour que Beni soit déclaré une zone sinistrée. C’est en substance le leitmotiv de la conférence de presse tenue ce jeudi 22 avril 2021.

- Publicité-

« Cette lutte n’est pas facile et elle ne plait pas à plusieurs personnes, elles qui voient des calculs politiques dans toute chose. Des gens, plusieurs gens, en profitent pour salir les personnes impliquées dans la lutte, voyant peut-être que leurs intérêts sont mis en jeu et que leurs petits secrets risquent d’être dévoilés. Il y a des choses qui doivent être absolument faites dans l’urgence pour que la population soit soulagée. D’autres informations et recommandations ayant trait à la sécurité ne peuvent pas être dévoilées sur la place publique, mais des contributions pratiques sont en train d’être données, sans intermédiaires, aux différentes parties prenantes dans la solution au problème de Beni. Entretemps, de manière transversale à toutes les parties prenantes, et en renforçant les propositions d’autres personnes impliquées dans la lutte, nous rappelons globalement qu’il faut dans l’urgence : déclarer Beni comme une zone sinistrée », a lu Rose Kahambu Tuombeane, Présidente de la délégation.

Invitant les autorités à prendre des « mesures spéciales » en faveur de la population de Beni (déplacés de guerres, veuves, orphelins, enseignants, etc.), cette délégation dit soutenir la position des manifestants qui ne jurent que sur le départ de la Monusco. Elle demande au Gouvernement de remplir sa part devant aboutir au retrait des casques bleus.

« Nous rappelons que la population de l’Est a déjà manifesté et continue de manifester pour demander le départ de la MONUSCO. C’est ce qui est à la base des manifestations populaires intenses sur terrain ces jours. Ainsi, le Gouvernement doit remplir sa part d’engagements dans cette stratégie de retrait. Nous nous joignons ainsi donc au vœu de la population de l’Est qui veut voir la MONUSCO quitter le pays. Et cet appel, nous ne faisons que le réitérer, car déjà en date du 16 mai 2016, nous avions organisé une activité de grande envergure pour demander déjà en ce temps-là, le départ de la MONUSCO, vu son inefficacité dans sa mission de protéger les civiles », a-t-elle insisté.

« Nous appelons les congolais de partout à se mobiliser comme un seul citoyen afin que finalement la situation de Beni trouve une solution durable et définitive. Population, autorités nationales et internationales, que chacun fasse ce qui est dans son pouvoir pour que cesse ce bain de sang qui a emporté des milliers de congolais », a-t-elle conclu.

Stéphie MUKINZI

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU