PUBLICITÉ

Kasaï/Kasaï central: “la 2è Zone de défense FARDC engagée à faire tout pour rétablir la paix et l’autorité de l’Etat à Bakuakenge” (Pacifique Masunzu)

Le Lieutenant-Général Pacifique Masunzu, Commandant de la 2ème Zone de défense des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), vient de déclarer à Kananga qu’il va tout mettre en œuvre “pour rétablir la paix et l’autorité de l’Etat à Bakuakenge”. C’était au sortir de l’audience lui accordée au gouvernorat du Kasaï Central.

Reçu ce vendredi 16 avril par l’intérimaire du Gouverneur du Kasaï Central, Tharcisse Kabatusuila Mbuyamba a passé en revue avec le Chef de l’exécutif provincial la situation sécuritaire de la province, en particulier celui de Bakwakenge.

Ce dernier est en effet un territoire disputé, depuis le démembrement des provinces, entre le Kasaï et le Kasaï Central. La descente du Général Pacifique Masunzu, l’homme qui tente tant bien que mal de mettre en veilleuse des tensions ethniques dans le plateau de Minembwe, n’est pas un acte anodin.

Le conflit autour du territoire de Bakwakenge a une dimension administrative et communautaire. Il porte précisément sur ses limites entre les deux provinces. La gare de Bakwakwenge, quant à elle, est parmi les plus rentables de la zone et se retrouve, elle aussi, au coeur de ces disputes.

Et comme dans beaucoup des conflits locaux ailleurs en RDC, les disputes autour des droits fonciers ne manquent pas. L’appartenance de Bakwakenge à l’une ou l’autre province est donc un enjeu économique majeur. Aussi, l’appartenance des électeurs de Bakuakenge, soit à la circonscription électorale de Demba ou de Mweka est aussi un enjeu électoral.

Ce conflit à multiples dimensions avait pourtant été traité lors de la conférence pour la paix et la réconciliation, entre les communautés locales de Mweka et Demba, en octobre 2020 à Kananga. Le rapport final de ces assises avait souligné entre autre que la gare de Bakuakenge se trouve dans le territoire de Mweka, suivant le rapport présenté par un expert de l’Institut Géographique du Congo, consulté par GEC.

Si, du côté des ressortissants de Mweka, c’est-à-dire des Kuba, on revendique la non politisation des conclusions de la conférence sur la paix, en privé, les hommes politiques originaires du Kasaï Central seraient toujours contre l’application de cette conclusion.

Bakuakenge renseigne comment les conflits fonciers et identitaires peuvent vite devenir violents, parfois à cause de leur politisation. Dans le cas d’espèce, la montée des tensions est en partie la conséquence inattendue du découpage de l’ancienne province du Kasaï occidentale. De surcroît, ce conflit qui a eu lieu dans une zone qui a connu des fortes violences dans le conflit dit “Kamuena Nsapu”, en 2016 et 2017, rappelle que le débat sur les dynamiques sécuritaires et la stabilisation ne doivent pas se limiter aux provinces de l’Est.

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

EN CONTINU