PUBLICITÉ

Greenpeace Afrique demande à Ève Bazaiba de faire respecter le moratoire sur les nouvelles concessions forestières industrielles

Aussitôt nommée au poste de Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable, en remplacement de Claude Nyamugabo, Eve Bazaiba est appelée à faire respecter le moratoire sur les nouvelles concessions forestières industrielles qui serait violé par son prédécesseur en complicité avec des entreprises chinoises et congolaises.

Pour Irène Wabiwa Betoko, Cheffe de projet international pour la campagne forêt de l’organisation Greenpeace Afrique, la nouvelle Ministre a le devoir de démontrer un nouvel engagement envers les droits de l’Homme, en particulier les droits des communautés locales et de peuples autochtones qui vivent et dépendent de la forêt, en respectant les lois congolaises et les obligations internationales de la RDC.

En outre, Greenpeace Afrique estime que les allégations auxquelles fait face le Ministre sortant Nyamugabo doivent faire l’objet d’une enquête judiciaire afin d’établir toutes les responsabilités dans cette affaire et qu’un jugement soit rendu selon la rigueur de la loi.

Dans un article relayé par Politico.cd le 13 février dernier, l’ONG Greenpeace Afrique avait demandé au Président Félix Tshisekedi d’ordonner l’annulation immédiate de 4 contrats de concession forestière signés le 11 juin 2020 par le Ministreistre de l’Environnement et Développement Durable, Claude Nyamugabo. Elle demandait en outre au Procureur de la République de se saisir de l’affaire.

Pour Greenpeace Afrique, l’attribution de ces 4 contrats représente une violation du moratoire institué en 2002 sur l’attribution de nouvelles concessions forestières industrielles. Cette ONG stipule que ces contrats dépassent de plus de 400 000 hectares la limite légale attribuable par signature ministérielle et de plus de 200 000 hectares la limite des forêts attribuables « à une même personne, en un seul ou plusieurs tenants ».

Selon cette ONG, le Ministre de l’Environnement et Développement Durable aurait illégalement attribué 4 concessions couvrant 777639 hectares à Groupe Services, une entreprise congolaise.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU