PUBLICITÉ

De Kabila à Tshisekedi, François Rubota, du risque au succès

À la tête du regroupement politique Alliance des Démocrates pour le Renouveau et le Progrès (ADRP) et fort d’un poids politique considérable avec 23 Députés nationaux, 1 Sénateur, 24 Députés provinciaux, 1 Président d’Assemblée provinciale, 1 Gouverneur et 2 Vice-Gouverneurs, François Rubota est l’un des poids lourds de l’Union sacrée. Autrefois membre du Front Commun pour le Congo (FCC) du Président honoraire Joseph Kabila, l’homme n’a pas hésité à quitter son ancienne famille politique, même au risque de créer des dissensions au sein de son ADRP, pour s’allier à Félix Tshisekedi. Une carte qui, aujourd’hui, a payé cash !

François Rubota vient d’être nommé Ministre d’État en charge du Développement rural. L’homme nourrit « toutes les idées géniales pour vaincre les défis qui l’attendent dans son secteur ». Pour plusieurs de ses proches, « il sait planifier. Alors, il a le profil d’un planificateur très averti, aussi bien qu’il a tout et se sent prêt à tout. C’est un tout, malgré tout ».

« Un atout… prêt à tout »

François Rubota est un « atout… prêt à tout », insiste son entourage qui affirme qu’il est « un homme de nature à tout planifier », ce qui lui a valu le surnom de « Maradona ».

Parmi les « Warriors » du Gouvernement Sama, Rubota est décrit comme un « fin stratège » en développement rural dont il a désormais la tutelle. Quelques minutes seulement après l’annonce de sa nomination, raconte-t-on dans les couloirs des officines politiques, François Rubota se réjouissait : « Je suis au Développement rural ; je suis du développement rural également ». Il a récemment confié à POLITICO.CD qu’il a « par cœur la maîtrise des différents défis auxquels font face les entités territoriales décentralisées » et qu’il prévoit, par avance, « la maquette des solutions » à proposer dans le domaine auquel il va « s’activer ».

Le long chemin parcouru …

Titulaire d’un diplôme de licence en Techniques médicales, option Gestion des institutions de santé, de l’Institut supérieur des techniques médicales de Kinshasa, cet originaire du Sud-Kivu a également en poche une licence en Droit de l’université officielle de Bukavu. Mais bien avant, en 1981, il a obtenu un diplôme en Sciences économiques, à l’université de Bujumbura au Burundi.

Il a aussi occupé plusieurs postes au sein de l’administration publique. Entre 1984 et 1986, François Rubota a occupé le poste de Chargé de pratique professionnelle à l’Institut supérieur des techniques médicales. Ensuite, de 1988 à avril 1994, le poste de Directeur administratif et financier de l’hôpital de la 8e Communauté des Églises de Pentecôte en Afrique Central Lamera, à Uvira au Sud Kivu.

Il a été Coordonnateur adjoint du programme d’assurance aux déplacés de guerre de la 8e CEPAC, à Kisangani dans l’ex-Province Orientale, de 1997 à 1998. En 1998, il est nommé Coordonnateur du projet de réhabilitation de la 8e CEPAC. Dans la même Communauté des Églises Pentecôte d’Afrique central, François Rubota a également occupé le poste de Coordonnateur adjoint du Programme d’appui aux réfugiés Rwandais à Uvira, en partenariat avec l’UNHCR.

De 1999 à 2006, François Rubota occupe les fonctions de Directeur administratif et financier du département des œuvres médicales (hôpital de Pinga, hôpital de Lamera, et HGR de Panzi) – avec fonction principale à l’HGR de Panzi au Sud Kivu. François Rubota a été Conseiller du développement humanitaire et responsable financier de la 8e Communauté des Églises de Pentecôte en Afrique Central CEPAC. Finalement, la politique a fini par intéresser le nouveau patron du Développement rural.

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU