PUBLICITÉ

Du bureau d’âge au Gouvernement, Aminata Namasia, l’ascension de la plus jeune députée de la RDC

En postulant à la députation nationale lors des législatives du 30 décembre 2018, Aminata Namasia était loin de voir son destin changé. Âgée à l’époque d’à peine 25 ans, elle a réussi à remporter le seul siège de la circonscription électorale de Bambesa, dans la province du Haut-Uele, face à seize candidats hommes et quatre concurrentes femmes. Benjamine de tous les élus du pays, elle a eu ainsi le privilège de siéger seule au bureau provisoire de l’Assemblée nationale au début de la magistrature et ce, de siéger également au bureau d’âge de la même chambre en fin 2020 après la déchéance de Jeannine Mabunda au perchoir.

Membre du Parti Congolais pour le Développement (PCD), Aminata Namasya vient d’être nommée par le Président de la République Félix Tshisekedi au poste du vice-ministre de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST). Elle est de facto le plus jeune membre du Gouvernement Sama Lukonde.

Dans le cercle réduit des femmes dans le gouvernement

Détentrice, depuis 2017, d’un diplôme en économie monétaire de la Faculté d’administration des affaires et sciences économiques de l’Université protestante au Congo (UPC), celle qui était la benjamine de la chambre basse et actuellement du Gouvernement, se retrouve dans le cercle réduit des quinze femmes membres de cette équipe gouvernementale composée de 57 membres y compris le Premier Ministre.

A la tête d’une fondation qui porte son nom et qui a implanté son siège social dans le territoire de Bambesa, au nord-est de la République Démocratique du Congo, Aminata Namasia essaie de lier l’acte à la parole. Elle tient ainsi à œuvrer pour le bien-être de la population congolaise, en général, et pour ses compatriotes du territoire de Bambesa, sa circonscription électorale, en particulier.

Engagée pour l’éclosion de la femme

Engagée dans la vie politique et sociale de son pays depuis sa tendre enfance, la benjamine du parlement congolais a une vision politique qui repose sur plusieurs piliers, en l’occurrence l’éducation, le développement socio-économique, la participation de la jeunesse à la vie politique du pays, l’autonomisation des femmes, l’égalité des chances.

Aminata Namasya fait aussi de l’éducation des jeunes son cheval de bataille. Pendant ses vacances parlementaires dans son fief électoral, elle ne cesse d’exhorter les parents à faire étudier les jeunes filles.

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU