PUBLICITÉ

Lualaba: « Nous n’avons pas l’initiative de déchoir le Gouverneur ou son gouvernement » (Député Weber Kasongo)

Au Lualaba, le Gouvernement provincial peut encore respirer bien que dans certaines provinces le vent de l’Union Sacrée fait tomber des têtes. À en croire le Rapporteur Adjoint de l’Assemblée Provinciale, aucune initiative visant la chute de l’exécutif n’est à l’ordre du jour.

« La province du Lualaba a accueilli à bras ouvert la vision du Chef de l’État autour de l’Union Sacrée », s’est félicité le Rapporteur Adjoint de l’Assemblée Provinciale. Politico.cd a cherché à savoir si l’avènement de ce courant politique aura des répercussions sur les institutions provinciales. En réponse, le Député Weber Kasongo Muchaila Shimata a relativisé.

« Le Lualaba est une terre très fertile pour l’Union Sacrée de la Nation. Sur 20 députés actuellement actifs, 14 ont librement adhéré à cette vision. Et les adhésions continuent », a-t-il soutenu, avant d’ajouter: « il ne faut pas confondre l’Union Sacrée à un jeu de chasse à la sorcière. Il s’agit d’une vision qui met en première position le peuple d’abord.»

« Nous n’avons pas l’initiative de déchoir le Gouverneur ou son Gouvernementment. Si on déchoit le Gouverneur, c’est tout le monde qui va partir. On n’en a pas l’initiative. Il faut préserver la paix. Là où ça suinte on va demander qu’on aménage. Là où il y a les cris de la population, il faut agir pour soutenir la vision du Chef de l’État», a déclaré ce Député provincial élu de Dilolo.

« S’il y aura les gens qui ne vont pas emboîter les pas de la vision du Président de la République, ils vont s’en prendre à eux-mêmes », a-t-il prévenu. « C’est le Chef de l’État qui est l’autorité suprême du pays. Ne pas marcher avec lui, est contradictoire», a-t-il poursuivi.

À la question de savoir: qui est répondant de l’Union Sacrée dans le Lualaba? Le Rapporteur Adjoint a répondu en ces termes: « seul le Président de l’Assemblée Provinciale est habilité. À part les institutions qui gèrent, des individus n’ont pas été responsabilisé à engager l’Union Sacrée de la Nation.»

« Si quelqu’un se tape sur sa poitrine de par son audience politique être le garant de l’Union Sacrée dans le Lualaba, c’est pour que qui adhère là-bas? Vous nous voyez, nous, en tant que Parlement, aller le voir comme quoi nous venons adhérer? Il faut qu’il y ait respect des institutions. C’est le Président de l’Assemblée Provinciale du Lualaba qui est le répondant. Point barre», a tranché le député Weber Muchaila.

Face aux tensions politiques qui gangrènent le Lualaba, le Rapporteur Adjoint de l’Assemblée a lancé le message de paix et d’apaisement. « La division n’est pas dans la vision du Chef de l’État. Qu’on arrête, car l’Union Sacrée est là pour rassembler», a-t-il recommandé.

Junior Ngandu

- Publicité -

EN CONTINU