PUBLICITÉ

Le Conseil de sécurité invite la RDC et ses voisins à « collaborer pour mettre fin à l’insécurité »

Le Conseil de sécurité de l’ONU se dit « préoccupé » de la situation sécuritaire qui prévaut dans la partie orientale de la République démocratique du Congo. L’Ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield qui a présidé le Conseil de sécurité du mois de mars, a révélé que les quinze membres « se sont déclarés préoccupés par la poursuite des violences intercommunautaires et la recrudescence de l’activité des groupes armés dans les provinces orientales de la République démocratique du Congo, notamment des Forces démocratiques alliées, au Nord-Kivu et en Ituri, et de nombreux groupes armés locaux au Sud-Kivu ».

Les Quinze membres du conseil de sécurité de l’ONU, ont réaffirmé leur condamnation de tous les groupes armés qui sont actifs dans le pays et ont demandé à tous les acteurs de mettre un terme à la violence ainsi qu’aux violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire et aux atteintes à ces droits. Ils ont rappelé, à en croire l’ONU Info, « qu’il importait que la République démocratique du Congo et ses voisins collaborent pour mettre fin à l’insécurité dans la partie orientale de la RDC en mobilisant une plus grande volonté politique et en adoptant des démarches plus intégrées, telles que la coopération et l’intégration économique».

Le Conseil de sécurité se félicite de la stratégie régionale des Nations Unies pour la consolidation de la paix, de la prévention et du règlement des conflits dans la région des Grands Lacs et s’est réjoui de l’élaboration inclusive d’un plan d’action pour sa mise en œuvre: « Les membres du Conseil ont réaffirmé leur soutien et leur attachement, en collaboration avec les acteurs régionaux et les partenaires internationaux, à la consolidation de la paix, à la stabilité et au développement en République démocratique du Congo », a fait valoir la Présidente.

« Ils ont également réaffirmé leur plein appui à la MONUSCO et à la nouvelle Représentante spéciale, Bintou Keita, et engagé le Gouvernement de la République démocratique du Congo à participer à l’élaboration d’un plan de transition détaillé en vue d’un retrait progressif et échelonné de la Mission onusienne», a-t-elle conclu.

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU