PUBLICITÉ

RDC: F. Tshisekedi s’imprègne des méthodes et techniques de management en matière aéroportuaire du Qatar

Le Président de la République démocratique du Congo et Président en exercice de l’Union Africaine, Félix Tshisekedi, est en visite au Qatar en vue de décrocher des « investissements massifs » pour la RDC. Reçu ce lundi 29 mars par l’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, « de nombreux accords et protocoles d’entente ont été signés entre la RDC et le Qatar, notamment dans le domaine de la coopération économique, commerciale et technique ainsi que dans celui de la coopération aéronautique et maritime« .

Peu après la signature de ces accords, Félix Tshisekedi a visité des installations aéroportuaires du Qatar pour s’imprégner des méthodes et techniques de management en la matière. « Le Chef de l’État, Félix-Tshisekedi, a visité les installations aéroportuaires de Doha afin de s’imprégner des méthodes et techniques de management en la matière en vue d’un transfert des compétences pour améliorer la qualité de la gestion des aéroports en RDC. Après la signature des accords de coopération dans le secteur aéronautique entre le gouvernement congolais par l’entremise de la Régie des Voies Aériennes (RVA) et Qatar Airways, le Chef de l’État a tenu à observer de près les différentes innovations mises en oeuvre à Doha », renseigne la présidence congolaise qui souligne qu’à l’aéroport international Hamad, « le Président Tshisekedi a visité les aérogares, les terminaux ainsi que tous les compartiments de gestion du fret aérien, de contrôle des flux ou encore les installations liées à la sécurité ».

« Ces accords portent notamment sur la protection des investissements massifs attendus entre le Qatar et la RDC, la modernisation et le développement des infrastructures aéroportuaires, portuaires ainsi que le renforcement des capacités des experts sectoriels congolais », est-il indiqué. La valeur des investissements attendus n’a pas été révélée.

Le Président Tshisekedi a multiplié les déplacements à l’étranger à partir de son investiture en janvier 2019, ralentissant le rythme de ses voyages à partir de mars 2020 avec la pandémie de coronavirus. En Afrique, en Europe, aux Etats-Unis, en Russie, au Japon, il a multiplié les contacts diplomatiques et les partenariats, alors que son prédécesseur Joseph Kabila avait eu tendance à s’isoler dans les dernières années de son régime (2001-2019).

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU