PUBLICITÉ

Désignation des membres de la CENI: le G13 y voit la précipitation de confessions religieuses

Le Groupe de treize personnalités signataires de l’appel du 11 juillet 2020 pour un consensus autour des réformes électorales (G13) vient lui aussi de réagir au sujet de la procédure amorcée par les confessions religieuses pour la désignation des membres du prochain Bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

À travers un communiqué daté du mercredi 24 mars, le G13 dénonce la précipitation autour de cette procédure qui, à l’en croire, est de nature à détruire le consensus.

- Publicité-

« Le G13 considère que la précipitation qui s’observe actuellement est de nature à détruire le consensus déjà bâti, avec la participation de toutes les parties prenantes, autour d’un agenda citoyen, pour prévenir le chaos et baliser la route en vue des élections transparentes, démocratiques, crédibles et apaisées en 2023 », soutient le G13.

Pour cette structure, la procédure de désignation des membres de la Ceni en juin 2020 a été au centre des troubles et manifestations de rue, renforçant ainsi la crise politique et socio-économique du pays suite à la méfiance et à des profondes divergences autour de la question électorale.

« Le G13 rappelle que l’ordre chronologique des actions à accomplir dans la perspective de la relance du processus électoral est un élément important du consensus constaté et est devenu une revendication commune, y compris avec les confessions religieuses, après l’échec de la mise en place unilatérale et cavalière par le Bureau sortant de l’Assemblée nationale », poursuit le communiqué du groupe des 13.

Face à cette situation, le groupe des 13 invite le Bureau de l’Assemblée nationale à inscrire à titre d’urgence, la proposition de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI dans le calendrier des travaux de la session de mars 2021.

« Le G13 invite ainsi le Bureau de l’Assemblée nationale à inscrire la proposition de la Loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI à titre d’urgence dans le calendrier des travaux de la session de mars 2021 qui vient de s’ouvrir et d’en faciliter l’examen et l’adoption dans les meilleurs délais, de préférence avant la fin du mois d’avril, pour favoriser la mise en place de l’équipe dirigeante de la CENI avant fin mai 2020 », lit-on dans le communiqué.

Toutefois, ce groupe qui milite en faveur d’un consensus autour des réformes électorales réaffirme sa détermination à tout mettre en œuvre et à travailler au sein et avec les institutions publiques ainsi que les autres forces politiques et sociales pour faire aboutir les reformes élaborées dans le cadre des propositions de loi sur la CENI et la loi electorale ainsi que la révision de la Constitution.

Depuis l’appel à candidature par les confessions religieuses en date du 20 mars dernier, les voix se sont levées au sein de différentes couches sociales pour dénoncer cette procédure qui, pour les uns, est une précipitation et, pour d’autres, est simplement une procédure cavalière.

Carmel NDEO (@Ndeocarmel)

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU