mercredi, avril 14, 2021
DRC
28,665
Personnes infectées
Updated on 14 April 2021 à 2:03 2 h 03 min
DRC
2,079
Personnes en soins
Updated on 14 April 2021 à 2:03 2 h 03 min
DRC
25,841
Personnes guéries
Updated on 14 April 2021 à 2:03 2 h 03 min
DRC
745
Personnes mortes
Updated on 14 April 2021 à 2:03 2 h 03 min

La RDC va recevoir ses premières doses de vaccin Covid-19 (Programme Elargi de Vaccination)

- Publicité-

La RDC va accueillir du 1er au 7 mars ses premières doses de vaccin contre la Covid-19, a annoncé le Ministre de la Santé publique de la République Démocratique du Congo. La RDC sera parmi les premiers pays africains à recevoir les premières doses du vaccin contre la Covid-19.

Grâce au programme Covax, la RDC bénéficiera d’un total de 6,948,000 doses du vaccin développé par AstraZeneca.

Dans un atelier du Programme Élargi de Vaccination (PEV) organisé la semaine passée à Kinshasa, Élisabeth Mukamba, Directrice du PEV, a indiqué que la première vague de vaccination qui couvrira 20% de la population, “ne concerne pas tout le monde”. Elle souligne en outre que cette campagne de vaccination visera le personnel soignant, les personnes âgées et celles présentant un haut risque notamment une comorbidité: Covid-19, hypertension et diabète.

“Nous nous sommes réunis pour échanger et trouver un consensus sur la manière dont l’un des axes pour la lutte contre la Covid-19 va être intégré dans le système de santé. Cet axe est la vaccination contre la maladie à coronavirus, c’était essentiellement, retenir le lieu des sites de vaccination, comment on va les implanter en RDC, comment au niveau des sites les tâches seront réparties, comment on va identifier les cibles prioritaires”, a déclarée Elisabeth Mukamba de PEV.

Contrairement à ce qu’il se raconte, l’introduction du vaccin n’est pas obligatoire, a précisé la responsable du programme PEV. “D’abord, ce n’est pas une vaccination qui est obligatoire. Mais, il y a des personnes qui sont plus exposées et qui risquent de développer des formes sévères et même mourir de la maladie. Et c’est prioritairement, ces personnes-là que nous ciblons. Le personnel de santé qui est chaque jour en contact avec les malades, les personnes âgées et les personnes qui vivent avec comorbidité. Voilà, il faut maintenant qu’on définisse comment on va pouvoir vacciner ces personnes”.

Il sied de souligner que la semaine passée, il y a eu successivement à Lubumbashi, Bunia et Bukavu un mouvement de panique dû à une rumeur selon laquelle la vaccination anti-Covid-19 aurait débuté dans les milieux scolaires. Le Programme Élargi de Vaccination s’est exprimé quant à ce qui est de la catégorie des personnes visées pour cette première vague. Les enfants ne feront pas partie des personnes à vacciner.

Adrien AMBANENGO

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection