l'info en continu

Fayulu fidèle à sa proposition de sortie de crise sous l’égide des organisations internationales

- Publicité-

L’ancien candidat à la présidentielle de 2018, Martin Fayulu est revenu, lors de son message à la Nation de ce mercredi 30 décembre, sur sa proposition de sortie de crise. L’objectif, pour lui, est d’entreprendre des réformes institutionnelles.

« J’insiste sur ma proposition de sortie de crise de manière à ce que nous puissions entreprendre des réformes institutionnelles profondes et consensuelles entre les parties prenantes, sous les bons offices des leaders religieux congolais avec l’accompagnement de la CIRGL, la SADC, la CEEAC, l’Union Africaine ainsi que les Nations Unies », a-t-il suggéré.

- Publicité-

Il s’explique ensuite : «Alors, sous couvert de l’utilisation abusive du pragmatisme ou du réalisme, combien d’expérimentations hasardeuses nous faudra-t-il encore dans notre pays pour que nous comprenions que la corruption n’engendre que la corruption ?»

D’après cet actuel Coordonnateur de la plateforme d’opposition Lamuka, il est urgent et nécessaire de réformer notamment la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), la loi électorale, la Cour Constitutionnelle, la Défense, la Police et la Sécurité, la Lutte contre la corruption ainsi que les Droits humains.

En ce qui concerne son combat pour la Vérité des Urnes, Martin Fayulu n’a pas désarmé. Il estime qu’il faut redonner la parole au peuple.

« Nous devons redonner la parole au peuple, en organisant de nouvelles élections générales anticipées (présidentielle, législatives nationales, législatives provinciales, sénatoriales, présidents des assemblées provinciales et gouverneurs des provinces)», a-t-il soutenu.

Par ailleurs, il martèle que c’est dans la mise en oeuvre de cette proposition que se situe précisément la responsabilité historique commune. « Toute autre voie n’apportera que des solutions cosmetiques, reposant sur le mensonge, la corruption et la manipulation, sans résoudre la question de fond qui est celle de la crise de légitimité des institutions et de leurs animateurs», persiste le leader du parti politique Engagement Citoyen pour le Développement (ECiDé).

En outre, il annonce la mise en place à partir de ce 20 janvier 2021 d’un cabinet composé de femmes et d’hommes pour accompagner le peuple dans la reconquête de sa souveraineté. « Pour mériter le respect et l’honneur des générations futures, nous allons accentuer notre combat par des voies et moyens démocratiques afin de restituer au peuple son pouvoir de choisir librement ses dirigeants : La vérité des urnes», a-t-il déclaré.

Martin Fayulu lance un mot d’encouragement avant de conclure ce chapitre : « Que personne ne vous impressionne ou ne vous fasse douter du pouvoir qui est le vôtre. La souveraineté vous appartient».

Carmel NDEO

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU