l'info en continu

Le Numérique au service de la maximisation des recettes en RDC : 2 journées de réflexion avec tous les acteurs concernés

- Publicité-

C’est le dans le cadre de ses « Matinées Fiscales » annuelles que la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA), en collaboration avec Congo Tech Network, a organisé du 17 au 18 décembre 2020 un atelier de réflexion à l’Hôtel Pullman de Kinshasa, avec comme thème principal : « Le Numérique au service de la maximisation effective des recettes et de la bonne gouvernance des finances publiques ».

Associée à cette activité, la Présidence de la République à l’initiative notamment du Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en charge du Numérique, Dominique Migisha, a élargi cette réflexion, en la rendant plus globalisante et rassembleur, en mettant ensemble les deux autres grandes régies financières nationales que sont la DGI et la DGRAD ainsi que d’autres services d’assiette tant au niveau national que provincial. Plusieurs experts, acteurs de l’écosystème Tech congolais et des opérateurs privés ayant un lien direct avec ces enjeux financiers tels que les Banques, Fintech, Sociétés Télécom, et d’autres, ont bel et bien pris part à cet événement.

- Publicité-

Face à la pandémie de la Covid-19 qui constitue une réelle menace et affecte toutes les économies mondiales par ses effets néfastes, comme lors de la première vague, il est indubitablement pressenti ses impacts dans les finances publiques de la République Démocratique du Congo de manière non contrôlée. C’est principalement dans ce contexte que la maximisation des recettes est devenue une urgence nationale absolue pour les pouvoirs publics et le recours au numérique apparaît comme la meilleure réponse pour tirer parti des opportunités qu’offre l’informatisation des processus opérationnels des régies fiscales, parafiscales et douanières, dans l’optique de renforcer la résilience de l’économie congolaise, d’élargir l’assiette fiscale et surtout de lutter efficacement contre les pratiques de coulage des recettes qui sont un véritable fléau en RDC.
 
Ainsi donc, le Conseiller Spécial Dominique Migisha a rappelé, pour sa part, que « le Plan National du Numérique Horizon 2025 comporte 68 projets prioritaires dont une vingtaine sont déjà amorcés et se situent à différents niveaux de mise en œuvre. Ce plan stratégique est donc résolument en marche en dépit de certaines pesanteurs liées notamment à de la résistance au changement. La maximisation des recettes et la bonne gouvernance sont au cœur de cette feuille de route sectorielle qui balise le chemin de la transformation numérique de la RDC car il comporte 6 projets prioritaires en lien avec cette thématique. D’une manière générale, le Plan numérique s’inscrit dans une nouvelle dynamique multidimensionnelle qui préconise des approches reposant sur la mutualisation des ressources et l’interopérabilité structurelle des systèmes à tous les niveaux de pouvoir avec un accent tout particulier porté sur l’effectivité des multiples projets mis en œuvre au regard de leurs objectifs respectifs ».
Cela a donc été le sens même de cet atelier de réflexion axé sur 4 panels thématiques avec l’objectif de dégager 20 résolutions appelées à être converties en projets concrets qui pourront, pour certains d’entre eux, être mis en œuvre début 2021.

La DGDA, par le leadership de son Directeur Général, Jean-Baptiste N’Kongolo Kabila Mutshi, s’est largement confortée une position d’exemplarité en tant qu’institution publique et avant-gardiste, en termes d’informatisation et surtout d’innovation avec son important département informatique qui compte plus de 60 informaticiens et ingénieurs.

Dans ce domaine, la DGDA est capable de développer ses propres solutions en interne comme le système SISTAD qui a été présenté lors de cette matinée fiscale. Les évolutions de SYDONIAWORLD ont également été présentées avec d’autres innovations. La DGDA, par l’entremise de son Directeur général, s’est dite prête à accompagner ses consœurs, en particulier la DGI et la DGRAD qui ambitionnent s’inscrire aussi dans la vision du Président de la République qui a également fait du numérique son cheval de bataille.

Présent à cette occasion, le Ministre des Finances, José Sele Yalaghuli, a salué cette nouvelle approche plus « transversale et inclusive » qui, selon lui, est le gage d’une meilleure efficacité des politiques et des projets qui sont appelés à être mis en œuvre pour atteindre leurs objectifs. Ce dernier a exhorté tous les panelistes à faire preuve d’audace car, affirme-t-il, il y va de la souveraineté de la RDC dans cette matière cruciale. Sele Yalaghuli dit attendre de ces assises des propositions concrètes et pragmatiques. Il a également déclaré dans son allocution de circonstance qu’il s’inscrivait pleinement dans la vision du Chef de l’Etat de s’appuyer sur le Numérique pour en faire un levier de croissance économique.

Le Coordonnateur de la Cellule de Changement des Mentalités (CCM), qui est un des tous nouveaux services spécialisés de la Présidence, Jacques Kangudia Mutambayi, a quant à lui fait le lien entre le Numérique et la bonne gouvernance prônnée par le Président de la République, tout en avertissant que le numérique seul ne pourra y parvenir. Il a même précisé que seul le changement comportemental de « l’homme congolais », conjugué à l’utilisation des outils informatiques et solutions numériques, pourront apporter les changements tant attendus en termes de maximisation des recettes publiques et de meilleure gouvernance des deniers de l’Etat.

Et le Conseiller Principal du Chef de l’Etat au Collège Ecofin, Marcelin Bilomba a, pour finir, proposé la création d’une haute autorité des revenus en RDC qui fusionnerait nos 3 grandes régies financières comme cela se fait dans de très nombreux pays à travers le monde. D’après lui, d’énormes économies d’échelle seraient possible et une telle structure serait beaucoup plus efficace à tout point de vue.

Suite à l’interdiction par les autorités de toutes manifestations excédant 20 personnes pour raison de Covid-19, la seconde journée de cet Atelier s’est en partie déroulée de manière virtuelle.
 


L’objectif de ces deux jours d’atelier étant donc de faire du Numérique un réel outil, un moyen avéré et un canal évident de maximisation des recettes publiques de la RDC. L’ambition est d’intégrer toutes les complexités liées à cet exercice afin d’apporter des solutions idoines pour faire en sorte que, dès l’entame de l’année 2021, le budget de l’Etat congolais puisse enfin augmenter sensiblement au profit de toute la population.

Hervé Pedro

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU