mardi, novembre 17, 2020
DRC
11,839
Personnes infectées
Updated on 17 November 2020 à 9:17 9 h 17 min
DRC
394
Personnes en soins
Updated on 17 November 2020 à 9:17 9 h 17 min
DRC
11,124
Personnes guéries
Updated on 17 November 2020 à 9:17 9 h 17 min
DRC
321
Personnes mortes
Updated on 17 November 2020 à 9:17 9 h 17 min

l'info en continu

Malgré la désapprobation de la plénière, Jeanine Mabunda attendue ce 18 novembre au Conseil d’État

- Publicité-

La désapprobation par la plénière de l’assemblée nationale de la démarche du député national élu de Matadi, Albert Fabrice Puela n’empêche pas l’invitation du Conseil d’État à la speakerine de l’Assemblée nationale qui elle, reste maintenue.

Dans sa saisine au Conseil d’État, l’élu de Matadi a demandé la démission ou la destitution du bureau de l’Assemblée nationale représentée parJeanine Mabunda, sa présidente, pour avoir violé l’article 139 du règlement intérieur. 

- Publicité-

Ses collègues députés ont voté contre cette démarche en déclarant que ledit rapport a bel et bien été déposé à temps.

Ils ont aussi soulevé une vice de procédure dans la démarche de l’élu de Matadi qui, selon eux, devait d’abord s’adresser à la plénière qui seule est habilitée à constater la violation si jamais il y en aurait et avoir ainsi le quitus de porter le dossier au Conseil d’État.

Dans une longue tribune partagée sur les réseaux sociaux, Musao Kalombo Mbuyu Célestin, Rapporteur de l’Assemblée nationale, s’est attaqué au député Fabrice Puela en qualifiant sa demarche de chantage au bureau de l’Assemblée.

« Jusqu’où a pu aller notre Collègue Albert Fabrice Puela en faisant du chantage à la Chambre basse du Parlement congolais, spécialement son Bureau, au travers d’une démarche en justice cavalière et inique ? Au moment où l’Assemblée nationale est dans les choses très sérieuses en rapport avec la vie de la Nation, entendez notamment l’examen et le vote de la loi de finances 2021 ».

Et de poursuivre :

« Qui se cacherait derrière notre estimé collègue ? Mille et une questions qui doivent intéresser toute l’opinion publique qui a certainement les réponses à ces préoccupations.
Le collègue s’est-il trompé de cible en se laissant perméable aux jeux d’un éventuel gourou de la vieille époque qui, contre toute attente, s’évertue aujourd’hui, mieux qu’hier, à présider les cultes de l’hécatombe dans certains milieux de décision ? Qui douterait, en effet, de l’amer constat selon lequel les maux décriés autrefois ont tendance à être réédités aujourd’hui ? »

Selon Prof Musao Kalombo Mbuyu Célestin, « Il va sans dire que dans les couloirs des sages du pays qui ne peuvent digérer la réédition de la politique coupable d’antan, dont l’affront a été heureusement lavé par la révolution démocratique du régime Kabila père et Kabila fils, les méthodes de ce griot et ses colistiers lanceurs d’alerte, autant que celles de partis politiques bien identifiés qui orchestrent délibérément ces démarches audacieuses, dans l’ultime but de saper l’honneur de la justice congolaise, sont surannées. »

Il affirme aussi : « De par la cure de distraction pure et simple que le collègue Albert Fabrice Puela, du reste généralement peu visible aux séances plénières de notre Chambre basse, a juré d’administrer à la justice et à l’Assemblée nationale, une question peut être posée : le collègue n’a-t-il pas mordu à l’hameçon des pêcheurs en eaux troubles pour ainsi se laisser faire, sacrifiant par ailleurs la quintessence de son honorabilité – sacrée, y compris sa dignité d’Avocat ? »

Il souligne aussi le fait que la plénière de l’Assemblée nationale a désapprouvé la démarche de Puela.

« Dans le cas d’espèce, ma foi, qui aurait dit mieux que l’auguste Assemblée plénière, s’agissant ici d’un éventuel constat de la démission présumée du Bureau définitif de la troisième législature de la troisième République, si tel devrait être le cas? Pour un rapport déposé dans le délai prévu par notre règlement, examiné avec totale attention de la commission spéciale, adopté par l’auguste plénière, bon gré mal gré le Contexte de l’état d’urgence, pour quelles fins, le Collègue se serait-il laissé instrumentalisé ? Doit-on déduire que face à cette saisine abusive du Conseil d’Etat, le Collègue Puela est allé simplement en rébellion contre sa propre Chambre ? » s’est il interrogé.

Et de poursuivre :

« Il y a de quoi donner crédit, à l’humble avis des observateurs, qui indexent ce collègue Député national d’exprimer, autrement, sa bonne dose de colère contre l’Assemblée nationale, celle afférente à son échec lors de l’élection de l’Honorable Rapporteur adjoint de notre hémicycle ? Sachant bien entendu que le Collègue Puela, Avocat de son état, ne serait pas naïvement tombé si bas, dignité oblige. Tous les enjeux autour du leitmotiv sont, hélas connus, les acteurs en action aussi ».

Pour lui, il ne fait aucun doute, la requête de Fabrice Puela sera carrément classer.

« Si le Conseil d’Etat de notre beau pays a dû projeter le procès en date du 18 novembre, sauf changement de dernière minute, il est autant évident que tous les juristes, y compris les non initiés au droit administratif congolais, prédisent sans ambages si pas l’irrecevabilité prévisible du dossier de notre Collègue Albert, alors bien-sûr le classement sans suite dudit dossier, pour mille et une raisons connues de tous », a dit le rapporteur de l’Assemblée.

Pour qui, « au-delà, tout compte fait, de cet aspect lié à la forme de la procédure entreprise par sieur Puela – notre Collègue, force est de rappeler que le fonds est de nature à trancher sur la honte que revêt la démarche de notre compatriote Albert Fabrice qui s’en est allé en guerre contre notre Chambre ».

Selon lui, « l’on ne pourrait, le cas échéant, imaginer une éventuelle option d’un simulacre de procès, qui matérialiserait la carte des auteurs du plan de déstabilisation à tout prix de la majorité parlementaire, aussi longtemps que, dans un État de droit, la justice est réputée indépendante. »

Et de conclure :

« Nous avons confiance en notre justice, quoique menacée d’otage par les tenants d’une certaine tendance politique qui rêveraient la possibilité d’imposer une pensée unique jadis décriée durant la deuxième République Mobutienne ».

Tout compte fait, Jeanine Mabunda sera entendue par le Conseil d’Etat. Elle aura donc l’occasion de prouver que son bureau a respecté les dispositions du Règlement intérieur sur le délai à observer pour présenter le rapport financier de la session ordinaire de mars.

Invité par le comité des sages de l’Assemblée nationale, l’élu de Matadi s’est montré déterminé à aller jusqu’au bout de cette initiative.

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU

Hommages à Sindika Dokolo, à Kinshasa, Londres et Luanda ce mercredi 17 novembre

Les funérailles Sindika Dokolo auront lieu à la cathédrale de Westminster à Londres ce mercredi 17 novembre 2020, indique un message posté...

Malgré la désapprobation de la plénière, Jeanine Mabunda attendue ce 18 novembre au Conseil d’État

La désapprobation par la plénière de l'assemblée nationale de la démarche du député national élu de Matadi, Albert Fabrice Puela n'empêche pas...

Le mouvement citoyen LOKOLE initie des démarches à l’ambassade des USA, à la MONUSCO et à la CENCO pour dénoncer les manœuvres politiciennes

Ces jeunes engagés réunis au sein du Mouvement Citoyen LOKOLE (MCL) se sont rendus, ce lundi 16 novembre 2020, à l’ambassade des...

Les consultations se poursuivent ce mardi 17 novembre 2020 (Présidence de la République)

La Présidence de la République informe que les consultations, entreprises depuis le 2 novembre par le Chef de l'Etat Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo,...

La RDC et l’Afrique du Sud envisagent une collaboration pour le renforcement des capacités, la formation et équipements

a RDC et l'Afrique du Sud envisagent de collaborer entre les services en termes de renforcement des capacités, de formation et d'équipements.