PUBLICITÉ

Rapport Mapping en RDC: la synergie Mapping Tshopo lance une campagne pour « la justice et la réparation en faveur des victimes »

En marge de 10 ans du rapport Mapping, la synergie Mapping Tshopo organise une grande campagne pour la justice et la réparation en faveur des victimes.

Dans un communiqué parvenu à POLITICO.CD, cette synergie appelle la population à participer massivement à la campagne afin de marquer la volonté de rompre le cycle d’impunité pour construire une paix durable.

À cette occasion, la synergie Mapping Tshopo a annoncé la tenue d’une série d’activités d’après le planning suivant à Kisangani, ville martyre et terre d’espoir :

  • Vendredi 30 octobre 2020 : conférence à Sainte Famille Kabondo à 15h00;
  • Samedi 31 Octobre 2020 : conférence universitaire à l’amphithéâtre de l’Université de Kisangani à 10h00;
  • Dimanche 01 novembre 2020 : conférence à Saint Joseph Tshopo à 14h00;
  • Mercredi 04 novembre 2020 : conférence à Christ Roi Mangobo à 15h00;

-Jeudi 05 novembre 2020 : culte oecuménique à la paroisse Saint Joseph Tshopo à 10h00.

Il y aura, après ce culte, la procession e la remise du mémorandum, indique le communiqué.

Ainsi,« la tenue socioprofessionnelle est vivement recommandée lors de la procession : la toge (les profs, les avocats..), la blouse blanche (les médecins, infirmiers…), le pagne maman Maria ( légionnaires de Marie), femmes catholiques, Mukristu adjali mwinda (femmes protestantes) femmes musulmanes…», précise le document.

« Rapport Mapping : au regard des crimes impunis en RDC, le devoir de justice et réparation pour une paix durable », est le thème général des conférences.

Les Intervenants sont :

  • Me Firmin Yangambi, bâtonnier de la Tshopo, sur « les actions judiciaires et rôle des barreaux »;
  • Professeur Antoine Ngute, président de l’association des professeurs de l’Unikis, sur « Les conséquences de l’impunité sur l’ordre social et politique »
  • Professeur Bily Bolakonga, recteur de l’Université Mariste du Congo, sur « La cartographie des crimes de guerre, de génocide et contre l’humanité dans la Tshopo »;
  • Professeur Alphonse Maindo, membre de la dynamique des universitaires congolais, sur « Les enjeux et les défis du Rapport Mapping »;
  • Professeur Bibiche Salumu, sur « Les violences et violations liées au genre ».

Le 1er octobre 2010, il y a 10 ans, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme publiait le rapport du projet de cartographie des crimes graves perpétrés sur le sol du Congo-Zaïre entre mars 1993 et juin 2003.

Ce rapport documente 617 incidents auxquels se rapportent les violations les plus graves des droits humains et du droit international humanitaire sur la période considérée, y compris des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

Le rapport dresse également un état des lieux de la capacité du système judiciaire national et propose des options de justice pour faire face aux conséquences de ces crimes.

Serge Sindani

- Publicité -

EN CONTINU