lundi, octobre 18, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Mbuji-Mayi : la MIBA produit un diamant de 78 carats après plusieurs années d’arrêt

- Publicité-

La société minière de Bakwanga (MIBA) a produit, mercredi 14 octobre 2020, 78 carats de diamant, une première production obtenue après plusieurs années d’arrêt d’activités minières au sein du polygone minier.

Les autorités de l’entreprise étaient présentes, jeudi 15 octobre 2020 à Mbuji-Mayi (Kasaï Oriental), au polygone minier pour voir et aussi présenter la première production.

- Publicité-

« C’est depuis hier mercredi 14 octobre 2020 qu’on a produit 78 carats. C’est le démarrage. La machine a été à l’arrêt, il y a un an déjà. Et on va continuer à produire et ça ira. Aujourd’hui, on n’a pas encore fini, on a laissé la production en cours. À la fin de la journée, on va savoir combien on a produit », a indiqué l’administrateur général ad intérim de la MIBA.

D’après le directeur technique de cette entreprise minière, Corneille Mbikayi, la MIBA compte près de 13 à 14 massifs kimberlite, sur lesquels les sondages de teneur et des structures ont été effectués.

Il a signalé que le massif 1 contient près de 45 millions de carats de diamant, après 190 sondages effectués sur 200 mètres de profondeur.

« Sur le massif 1, nous avons fait presque 197 sondages. Les gens de Goestat sont venus réévaluer. Ils sont allés autour de 150.000 carats. S’il fallait aller autour de 300 mètres de profondeur, nous serions au-delà. Au niveau de 200 mètres, nous sommes autour de 45 millions de carats », a-t-il précisé.

La première production du diamant a satisfait la population qui s’inquiétait de la chute de l’entreprise minière qui reste le poumon de l’économie de la province.

Corneille Mbikayi affirme que la production reprend avec les concentrés qui étaient gardés dans le pipeline, lors de l’arrêt des travaux, il y a une année.

Après le traitement des concentrés, il y a lieu de toujours compter sur la MIBA, a-t-il ajouté.

Quelques organisations non gouvernementales souhaitent que des moyens conséquents soient octroyés à la MIBA pour lui permettre de reprendre totalement ses activités.

Alfred Héritier IMANI GAIUS

- Publicité -

EN CONTINU