jeudi, octobre 8, 2020
DRC
10,804
Personnes infectées
Updated on 8 October 2020 à 22:34 22 h 34 min
DRC
289
Personnes en soins
Updated on 8 October 2020 à 22:34 22 h 34 min
DRC
10,239
Personnes guéries
Updated on 8 October 2020 à 22:34 22 h 34 min
DRC
276
Personnes mortes
Updated on 8 October 2020 à 22:34 22 h 34 min

RDC: « Nous devons utiliser tous les outils pour travailler vers la résolution pacifique du conflit » (Ambassadeur Kelly Craft)

- Publicité-

Lors d’une information au Conseil de sécurité des Nations Unies, mardi 6 octobre 2020 sur la situation en République démocratique du Congo, l’ambassadeur des États-Unis, Kelly Craft a exprimé le trouble de son pays.

« Les États-Unis sont profondément troublés par la hausse des niveaux de violence dans le Nord-Kivu, le Kivu du Sud et l’Ituri, caractérisés par des affrontements entre groupes armés; les attaques des milices armés contre des civils, y compris de nombreuses femmes et enfants; et la campagne brutale des forces démocratiques alliées », a-t-elle déclaré.

Elle a souligné que la priorité politique pour les États-Unis consiste à utiliser tous les outils en leur possession pour travailler vers la résolution pacifique du conflit et mettre fin à l’impunité.

« Notre ambassadeur de Kinshasa, Mike Hammer, s’est rendu dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu la semaine dernière pour rencontrer des responsables clés et la société civile afin d’évaluer la manière dont le partenariat américano-congolais peut bénéficier aux populations locales », a-t-elle indiqué.

Elle a soutenu qu’avec plus de 1 300 civils tués par des attaques au premier semestre de 2020 seulement, il est clair que la MONUSCO doit bénéficier d’un soutien opérationnel supplémentaire.

« Les États-Unis soutiennent les efforts de l’ONU pour ajouter trois nouvelles unités de force de réaction à la brigade d’intervention de la force, également appelée FIB. Ces nouvelles unités, ainsi que l’augmentation du nombre d’agents du personnel militaire et de nouvelles capacités de renseignement permettront à la mission de contrer de manière plus efficace les menaces qui ont accru le nombre de morts dévastateurs en RDC cette année., » a annoncé Kelly Craft.

Et de relever :

« Comme le président Tshisekedi a déclaré lors de ses remarques à l’Assemblée générale des Nations Unies le mois dernier, stimulant la capacité opérationnelle de la FIB peut aider à mettre fin aux crises asymétriques des civils congolais vivant dans l’insécurité depuis plus de deux décennies. »

C’est pourquoi, la diplomate américaine a dit que son gouvernement félicite également l’appel au président Félix Tshisekedi en vue d’accroître les efforts déployés par les acteurs internationaux pour démanteler les réseaux des groupes armés.

- Advertisement -

Elle a aussi rappelé à tous les acteurs des groupes armés et à leurs associés d’entreprise que les sanctions de l’ONU 1533 sont restées en place.

« Nous considérons les sanctions appropriées, ciblées et efficaces comme un outil essentiel contre les acteurs et les entités qui sapent la paix et la sécurité de la RDC., » a-t-elle insisté.

Et d’ajouter:

« La voie de la paix durable nécessitera des solutions politiques aux conflits localisés, ainsi que de l’amélioration de la gouvernance. »

Elle a souligné, cependant qu’une paix durable ne peut que prendre une racine lorsqu’elle est accompagnée de réformes politiques et économiques plus larges.

« À cette fin, nous applaudissons le gouvernement de la RDC pour les mesures qu’il a prises pour améliorer la gouvernance et les droits de l’homme, lutter contre l’impunité et cesser de faire la traite des personnes et du recrutement des enfants de soldats », a dit la diplomate américaine.

- Publlicité-

Toutefois, elle espère voir les progrès réalisés dans la diminution du nombre de violations des droits de l’homme commises par les forces de sécurité de l’État et des poursuites accrues des acteurs du groupe d’État et d’armes aux violations des droits de l’homme et aux abus.

« Nous exhortons également davantage de responsabilité pour les personnes ayant la responsabilité du commandement, ainsi que l’amélioration de la prévention de la violence sexuelle dans le conflit et le soutien et la protection des survivants., » a martelé Kelly Craft.

Elle a félicité également le président Tshisekedi pour avoir pris des mesures pour professionnaliser l’armée congolaise en nommant de nouveaux dirigeants cet été, ainsi que pour la nomination de la première femme juge de la Cour constitutionnelle et un nouveau directeur de l’unité d’investigation financière de la RDC.

« Bien qu’il y ait une longue route devant soutenir ces gains, nous pensons qu’il est important de reconnaître les progrès accomplis à ce jour., » a-t-elle souhaité.

Elle est aussi revenue sur les allégations d’exploitation sexuelle généralisée et d’abus de personnes qui prétendaient être employées par des organisations internationales et des agences de secours privées au Nord-Kivu dans le cadre de la réponse Ebola.

Elle a dit que son gouvernement est très préoccupé par ces récentes allégations.

« Les États-Unis adoptent ces incidents allégués très au sérieux et appellent les organisations et les agences impliquées à mener une enquête approfondie et de sanctionner les responsables., » a dit Kelly Craft.

Par ailleurs, a-t-elle annoncé, « les États-Unis continueront de travailler avec l’ONU pour développer des programmes et des capacités pour mener des enquêtes et des poursuites approfondies de ces crimes. »

Les États-Unis sont aussi préoccupés par des allégations similaires contre les soldats de la paix et des civils de la MONUSCO, qui continue d’avoir le deuxième plus grand nombre d’allégations d’exploitation sexuelle et d’abus de toutes les missions.

C’est pourquoi, elle a exhorté tous les pays contributeurs des troupes et de la police à faire respecter la politique de tolérance zéro de l’ONU et à traiter rapidement et de manière crédible les allégations pénales.

« Nous exhortons la MONUSCO et les Nations Unies à prendre la prévention au sérieux, notamment en rapatriant des contingents qui présentent un modèle de comportement abusif., » a-t-elle poursuivi.

Et de conclure:

« Enfin, à la demande du mandat adopté en décembre dernier, nous sommes impatients de recevoir au plus tard ce mois-ci une stratégie de sortie conjointe avec des repères mesurables pour transférer progressivement les tâches de la MONUSCO aux autorités congolaises, l’équipe de pays des Nations Unies et les autres parties prenantes. »

Thierry Mfundu

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...