Le CLC demande au gouvernement de « confirmer la suspension de la mise en place de Minembwe »

0
1328

Le CLC demande avec insistance au gouvernement de « confirmer, toutes affaires cessantes, la suspension de la disposition de mise en place de Minembwe », à l’instar de toutes les autres communes rurales.

« Au Gouvernement de la République, le CLC demande avec insistance, de confirmer, toutes affaires cessantes, la suspension de la disposition de mise en place de Minembwe, à l’instar de toutes les autres communes rurales de la République, conformément à sa propre décision d’avant les dernières élections en 2015. Il se doit également de veiller à l’application sans failles de cette disposition pour l’ensemble des communes rurales », souligne l’organisation des laïcs congolais.

« Dans le cadre de la réduction du train de vie des institutions de l’État, la suppression du ministère de la Décentralisation doit être envisagée, car il est source de confusions puisqu’il empiète dangereusement sur les attributions du ministère de l’Intérieur. D’ores et déjà, la démission de son titulaire s’impose d’elle-même pour rassurer l’opinion nationale sur sa bonne foi. Dans le cas contraire, l’intéressé confirmerait, par son initiative controversée, l’existence d’un agenda caché dont il se chargerait d’assurer l’exécution », insiste le CLC dans une déclaration du 06 octobre 2020 intitulée « Affaire Minembwe: évitons une nouvelle explosion de violences!

Il y rappelle que l’installation, le 28 septembre 2020, des animateurs de l’administration locale de Minembwe, érigée en commune rurale dans le Sud-Kivu, en présence de plusieurs autorités du pays et des diplomates étrangers, est « une preuve qu’il ne s’agit nullement d’un acte de portée locale ».

L’organisation de l’Église catholique estime que « cette installation risque d’accentuer le climat d’insécurité ».

 » Cette politique du défi et du fait accompli, appliquée à Minembwe, au mépris des limites des chefferies et territoires existants, loin de consolider les efforts de paix entrepris dans la région, est de nature à plonger la population dans un cycle de violences incontrôlables par la généralisation du climat d’insécurité et d’hostilité réciproque », avertit le CLC.

Ainsi, il exhorte la population à continuer à vivre  dans l’harmonie, à privilégier le dialogue en cas de conflit interne et à redoubler de vigilance pour faire échec à « toutes initiatives tendant à instaurer des gouvernances locales inféodées à des sociétés multinationales ou à des pays étrangers, fussent-ils africains ».

En effet, l »érection de Minembwe en commune rurale ne cesse de susciter des réactions au sein l’opinion publique congolaise qui craint les visées indépendantistes de la communauté Banyamulenge.

Thierry Mfundu