jeudi, octobre 21, 2021
DRC
57,402
Personnes infectées
Updated on 21 October 2021 à 12:19 12 h 19 min
DRC
5,381
Personnes en soins
Updated on 21 October 2021 à 12:19 12 h 19 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 21 October 2021 à 12:19 12 h 19 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 21 October 2021 à 12:19 12 h 19 min

l'info en continu

Parlement du Kongo central cadenassé : « Il faut agir vite pour finir cette comédie congolaise » (Patrick Muyaya)

- Publicité-

Les portes de la salle de plénière de l’Assemblée provinciale du Kongo Central ont été soudées sur ordre de son Président récemment déchu, Pierre Anatole Matusila.

Selon la radio Okapi qui rapporte l’information, les 25 députés pro-Matubuana sont obligés de délocaliser la plénière de ce mardi 6 octobre à Matadi, consacrée au vote d’un nouveau président.

- Publicité-

Ces députés avaient déchu vendredi 2 octobre Pierre Anatole Matusila et Edmond Luzolo Lua Nganga, respectivement président et vice-président de l’assemblée provinciale, pour, selon eux, abandon de poste sans raison valable le 30 septembre dernier, jour de la rentrée parlementaire.

Réagissant face à cette situation, le député national Patrick Muyaya appelle les autorités à agir vite pour finir ce qu’il qualifie de comédie congolaise.

Il déclare : « Pour m’associer au ras-le-bol si bien résumé par mon ami Deo Kasongo beaucoup diront que c’est un « faux débat ». Notre incapacité de nous INDIGNER face à l’anormal est l’une des raisons de notre maintien dans la médiocrité. Il faut agir vite pour finir cette Comédie Congolaise ».

Il sied de rappeler que le vendredi dernier, les députés provinciaux avaient donné 48 heures à Anatole Matusila pour convoquer une plénière sinon, il sera destitué.

L’Ultimatum a expiré vendredi soir et Anatole Matusuila a été considéré comme destitué.

Sur TOP CONGO FM ce samedi 03 octobre 2020, le president déchu a estimé que ce que les députés provinciaux ont fait, c’est de l’anarchie. Ils veulent, selon lui, continuer les actes de vandalisme qu’ils ont commencés.

« Nous ne pouvons pas cautionner cela. Ils veulent créer un prétexte pour qu’il y ait des désordres qui ont amené des autorités à fermer l’Assemblée », avait-il dit.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU