PUBLICITÉ

Martin Fayulu : « Je demande aux congolais de s’opposer à l’instauration de Minembwe en commune rurale »

Le président de l’EciDé et membres du Présidium de la coalition LAMUKA, Martin Fayulu Madidi appelle, ce samedi 3 octobre, via son tweet, la population à s’opposer à l’instauration de Minembwe en commune.

« Je demande aux congolais de s’opposer à l’instauration de Minembwe en commune rurale ».

Et d’estimer :

« Cette initiative téméraire est une sérieuse menace à l’intégrité territoriale de la RDC. J’invite le peuple congolais à la vigilance de manière à faire échec à ce plan de balkanisation du pays ».

Une forte délégation composée essentiellement du Ministre de la defense et des anciens combattants, Aimé Ngoy Mukena, son collègue de la décentralisation, Azarias Ruberwa, du chef d’État-major général de l’armée, le général Célestin Mbala, du gouverneur du Sud-Kivu, M. Théo Ngwabidje, ainsi que des députés nationaux délégués de la commission defense de l’Assemblée nationale et ce, pour la cérémonie d’installation le lundi 28 septembre dernier, d’un bourgmestre et de son vice, dans une commune à la superficie d’un pays.

Cette installation n’a pas laissé indifférent un de ressortissant du Sud-Kivu et ancien ministre du développement rural, Justin Bitakwira qui a qualifié cela de complot contre l’État.

« J’étais surpris moi même de voir une forte délégation comme si on avait changé de capitale. Comme si Kinshasa n’était plus la capitale de la RDC et que c’est devenue Minembwe. C’est comme si on est allé installé un Chef d’État d’un pays comme le Lesotho », s’en est-il plaint aux micros de Top Congo Fm et d’estimer que cela ressemble à une haute trahison.

Depuis, sur les réseaux sociaux et tout particulièrement sur Twitter, des pugilats verbaux sont engagés sur la vraie nature de ces actes d’installation et de sa symbolique et c’est dans ce cadre plus précisément que Martin Fayulu a tweeté.

Minembwe est une commune rurale de Fizi dans le Sud-Kivu occupée par des groupes ethniques banyamulenge, Bafuliro, Banyindu et Bashi.

Hervé Pedro

- Publicité -

EN CONTINU