vendredi, octobre 2, 2020
DRC
10,685
Personnes infectées
Updated on 2 October 2020 à 9:06 9 h 06 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 2 October 2020 à 9:06 9 h 06 min
DRC
10,165
Personnes guéries
Updated on 2 October 2020 à 9:06 9 h 06 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 2 October 2020 à 9:06 9 h 06 min

l'info en continu

Sud-Kivu : la SVK exige de Mike Hammer de dénoncer la « main noire » dans le dossier Kamerhe

- Publicité-

La plateforme Soutenons Vital Kamerhe (SVK) poursuit sa démarche d’exiger l’acquittement de son leader Vital Kamerhe.

Depuis sa condamnation, SVK demande que cette affaire soit très bien suivie par les ceongolais qui n’accepteront jamais que le mensonge prime sur la vérité, que la diabolisation s’engage sur le même chemin que l’acharnement. Elle insiste aussi sur les erreurs judiciaires qui prouvent leurs faiblesses au niveau de la RDC. 

- Publicité-

Face aux manoeuvres des USA à travers un certain Jean-Pierre Alumba visant à diaboliser davantage Vital Kamerhe, plusieurs dizaines de membres de SVK étaient en sit-in, jeudi 01 octobre 2020, pour interpeller l’ambassadeur des États-Unis en République Démocratique du Congo, Mike Hammer, en séjour à Bukavu, au Sud-Kivu.

Ils se sont mobilisés l’après-midi jusqu’à l’hôtel Orchids, à Muhumba, avec leurs calicots, banderoles et images de l’ambassadeur Mike Hammer, sur lesquelles ils ont écrit : « Mike Hammer, ambassadeur des USA. La SVK dit non aux manoeuvres des USA à travers Jean-Pierre Alumba Lukumba. Oui à la libération de Vital Kamerhe ».

« Libérez Kamerhe, il n’est pas prisonnier des États-Unis », pouvait-on lire sur d’autres affiches.

Tout cela, pour dire
« Non » à l’ingérence des USA dans les affaires internes du pays, tout en l’appelant au respect.

« Respectez la souveraineté du pays hôte, respectez son peuple, ne vous substituez pas aux autorités de ce pays, ne vous mêlez pas dans des questions internes de ce pays, n’oubliez pas qu’on est au 21e siècle », scandaient-ils.

Après l’hôtel Orchids, les membres de la SVK se sont rendus au gouvernorat de province, où le diplomate américaine s’entretenait avec le gouverneur Théo Ngwabidje.

Ils promettent d’autres actions, même devant l’ambassade des USA à Kinshasa, pour la même cause. 

Les informations en possession des fils du Sud-Kivu font état de la présence d’un Congolais, du nom de Jean-Pierre Alumba Lukamba, qui fournirait des informations mensongères et mène un combat contre nature auprès de certains sénateurs américains, dont Chris Coons, membre du comité des Affaires étrangères du Sénat pour clouer leur fils. D’où, vigilants, ils veulent savoir qui est Jean Pierre Alumba et pour qui travaille-t-il dans sa cabale contre les fils du Sud-Kivu.

La vérité est têtue, dit-on.

Thierry M. RUKATA

La plateforme Soutenons Vital Kamerhe (SVK) poursuit sa démarche d’exiger l’acquittement de son leader Vital Kamerhe.

Depuis sa condamnation, SVK demande que cette affaire soit très bien suivie par les ceongolais qui n’accepteront jamais que le mensonge prime sur la vérité, que la diabolisation s’engage sur le même chemin que l’acharnement. Elle insiste aussi sur les erreurs judiciaires qui prouvent leurs faiblesses au niveau de la RDC. 

Face aux manoeuvres des USA à travers un certain Jean-Pierre Alumba visant à diaboliser davantage Vital Kamerhe, plusieurs dizaines de membres de SVK étaient en sit-in, jeudi 01 octobre 2020, pour interpeller l’ambassadeur des États-Unis en République Démocratique du Congo, Mike Hammer, en séjour à Bukavu, au Sud-Kivu.

Ils se sont mobilisés l’après-midi jusqu’à l’hôtel Orchids, à Muhumba, avec leurs calicots, banderoles et images de l’ambassadeur Mike Hammer, sur lesquelles ils ont écrit : « Mike Hammer, ambassadeur des USA. La SVK dit non aux manoeuvres des USA à travers Jean-Pierre Alumba Lukumba. Oui à la libération de Vital Kamerhe ».

« Libérez Kamerhe, il n’est pas prisonnier des États-Unis », pouvait-on lire sur d’autres affiches.

Tout cela, pour dire
« Non » à l’ingérence des USA dans les affaires internes du pays, tout en l’appelant au respect.

« Respectez la souveraineté du pays hôte, respectez son peuple, ne vous substituez pas aux autorités de ce pays, ne vous mêlez pas dans des questions internes de ce pays, n’oubliez pas qu’on est au 21e siècle », scandaient-ils.

Après l’hôtel Orchids, les membres de la SVK se sont rendus au gouvernorat de province, où le diplomate américaine s’entretenait avec le gouverneur Théo Ngwabidje.

Ils promettent d’autres actions, même devant l’ambassade des USA à Kinshasa, pour la même cause. 

Les informations en possession des fils du Sud-Kivu font état de la présence d’un Congolais, du nom de Jean-Pierre Alumba Lukamba, qui fournirait des informations mensongères et mène un combat contre nature auprès de certains sénateurs américains, dont Chris Coons, membre du comité des Affaires étrangères du Sénat pour clouer leur fils. D’où, vigilants, ils veulent savoir qui est Jean Pierre Alumba et pour qui travaille-t-il dans sa cabale contre les fils du Sud-Kivu.

La vérité est têtue, dit-on.

Thierry M. RUKATA

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU

URGENT : Donald J. Trump et sa femme atteints du Covid-19

Le Président des États-Unis, Donald J. Trump a annoncé, ce vendredi 2 octobre, via son compte tweeter, être atteint, lui et sa...

Sud-Kivu : la SVK exige de Mike Hammer de dénoncer la « main noire » dans le dossier Kamerhe

La plateforme Soutenons Vital Kamerhe (SVK) poursuit sa démarche d'exiger l'acquittement de son leader Vital Kamerhe. Depuis sa condamnation,...

Droits Humains : André Lite échange avec la délégation Mondiale du CICR à Genève sur les questions de son secteur

Le Ministre des Droits Humains, Me André Lite Asebea a pris part à un échange de haut niveau, ce jeudi 1er octobre...

Sud-Ubangi : Julien Paluku en mission d’approche polycentrique du développement de la RDC

Le Ministre de l'Industrie, Julien Paluku, a visité ce jeudi 1 er octobre, la plantation de l'entreprise Miluna – Gwaka, une société...

Rapport Mapping : 10 ans après, où en est-on ? la dynamique des universitaires en fait un clin d’œil à Kisangani

Le 1er octobre 2010, il y a 10 ans, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) a publié le...