jeudi, octobre 21, 2021
DRC
57,402
Personnes infectées
Updated on 21 October 2021 à 11:19 11 h 19 min
DRC
5,381
Personnes en soins
Updated on 21 October 2021 à 11:19 11 h 19 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 21 October 2021 à 11:19 11 h 19 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 21 October 2021 à 11:19 11 h 19 min

l'info en continu

Haut-Lomami : 15 journalistes formés sur le « Journalisme vert », avec l’appui de l’ICCN

- Publicité-

Quinze (15) journalistes de la province du Haut-Lomami viennent de bénéficier d’une formation de 3 jours à Kabondo-Dianda, sur le « Journalisme vert », avec l’appui de l’institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), rapporte l’ACP.

La formation a été assurée par le journaliste Magloire Mwamba venu de Lubumbashi (Haut-Katanga) et deux experts de la direction provinciale de l’ICCN dépêchés par le directeur du complexe parcs Upemba-Kundelungu, Robert Muir.

- Publicité-

Au cours des travaux avec échanges facilités par le journaliste Magloire Mwamba, les participants ont appris « comment écrire sur/pour l’environnement », « pourquoi le journalisme environnemental ? »; « des astuces pour un reportage environnemental »; « le tourisme et des opportunités dans le monde et l’économie verte » assortis d’exercices pratiques afin de maîtriser les outils du reportage environnemental.

Tour à tour, ils ont également suivi les exposés des deux experts de l’ICCN, sur « les aires protégées et la conservation de la nature : pourquoi faire ? » par le chargé de la Communication/ICCN, Claudel Tshibangu et « la conservation de la nature et la législation congolaise et internationale » par le chargé des projets/ICCN, Mickaël Bakatunda.

Grâce à cette formation, les 15 journalistes de Kabondo-diane ont créé, avec l’appui de l’ICCN, leur plateforme dénommée « Journalistes de l’Environnement » pour, entre autres, produire des reportages environnementaux sur des questions qui touchent directement la communauté ; améliorer la perception des questions liées à la conservation et à la protection de la nature et comprendre davantage le sens du travail des conservateurs ainsi que l’importance des aires protégées.

La formation a été sanctionnée par un certificat de participation délivré à chacun des quinze participants qui, en retour, ont remercié l’ICCN pour l’organisation de cet atelier.

Ils ont promis de s’investir dans la vulgarisation des activités de l’ICCN afin de contribuer à la protection de la nature. 

Adrien AMBANENGO

Quinze (15) journalistes de la province du Haut-Lomami viennent de bénéficier d’une formation de 3 jours à Kabondo-Dianda, sur le « Journalisme vert », avec l’appui de l’institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), rapporte l’ACP.

La formation a été assurée par le journaliste Magloire Mwamba venu de Lubumbashi (Haut-Katanga) et deux experts de la direction provinciale de l’ICCN dépêchés par le directeur du complexe parcs Upemba-Kundelungu, Robert Muir.

Au cours des travaux avec échanges facilités par le journaliste Magloire Mwamba, les participants ont appris « comment écrire sur/pour l’environnement », « pourquoi le journalisme environnemental ? »; « des astuces pour un reportage environnemental »; « le tourisme et des opportunités dans le monde et l’économie verte » assortis d’exercices pratiques afin de maîtriser les outils du reportage environnemental.

Tour à tour, ils ont également suivi les exposés des deux experts de l’ICCN, sur « les aires protégées et la conservation de la nature : pourquoi faire ? » par le chargé de la Communication/ICCN, Claudel Tshibangu et « la conservation de la nature et la législation congolaise et internationale » par le chargé des projets/ICCN, Mickaël Bakatunda.

Grâce à cette formation, les 15 journalistes de Kabondo-diane ont créé, avec l’appui de l’ICCN, leur plateforme dénommée « Journalistes de l’Environnement » pour, entre autres, produire des reportages environnementaux sur des questions qui touchent directement la communauté ; améliorer la perception des questions liées à la conservation et à la protection de la nature et comprendre davantage le sens du travail des conservateurs ainsi que l’importance des aires protégées.

La formation a été sanctionnée par un certificat de participation délivré à chacun des quinze participants qui, en retour, ont remercié l’ICCN pour l’organisation de cet atelier.

Ils ont promis de s’investir dans la vulgarisation des activités de l’ICCN afin de contribuer à la protection de la nature. 

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

EN CONTINU