mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,631
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min
DRC
230
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min
DRC
10,129
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min

l'info en continu

Félix Tshisekedi échange avec la présidente de l’Éthiopie à propos du Grand barrage de la Renaissance sur le Nil

- Publicité-

Le président de la République Félix Tshisekedi a eu un entretien téléphonique avec la présidente de l’Éthiopie Sahle-Work Zewde ce jeudi 24 septembre 2020.

Leurs échanges ont principalement tourné sur les relations bilatérales entre les deux pays.

- Publicité-

La question du Grand barrage de la Renaissance (GERD) sur le Nil a aussi été abordé au cours de cet échange.

« Je me réjouis de l’entretien téléphonique avec mon frère le Président Tshisekedi. Nos échanges ont porté sur nos relations bilatérales et le #GERD. Je le remercie pour son initiative et les précisions apportées. J’ai réitéré la confiance de l’Ethiopie au processus mené par l’UA », a tweeté la présidente de l’Éthiopie.

Le 23 septembre 2020 dernier, le Président RDcongolais avait adressé à son homologue égyptien, A. Al Sissi, un message en rapport avec le renforcement des investissements réciproques entre l’Egypte et la RDC.

En ce qui concerne l’usage des eaux du Nil, la RDC a réitéré son adhésion à la décision du Bureau de la Conférence des Chefs d’États et de gouvernement de l’UA, encourageant l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan à poursuivre les efforts en cours, vers une solution apaisée, bénéfique à tous.

L’Éthiopie a annoncé au mois de juin dernier vouloir commencer à remplir le réservoir de son gigantesque barrage sur le Nil « dans les deux prochaines semaines ».

Addis-Abeba s’est néanmoins engagée à essayer de conclure, sous l’égide de l’Union Africaine, un accord définitif avec l’Égypte et le Soudan.

Les négociations se poursuivent autour du Grand barrage de la Renaissance sur le Nil.

L’Éthiopie a annoncé samedi 27 juin qu’elle entendait commencer à remplir le réservoir de son gigantesque barrage « dans les deux prochaines semaines », tout en s’engageant à essayer de conclure, sous l’égide de l’Union africaine, un accord définitif avec l’Égypte et le Soudan, inquiets des conséquences du projet.

Le communiqué a publié au mois de juin dernier par le bureau du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed vient contredire en partie les déclarations, vendredi soir, des dirigeants égyptien et soudanais assurant que l’Éthiopie avait accepté de surseoir à la mise en eau de son barrage jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé.

L’Éthiopie voit le barrage de 145 mètres de haut – qui doit devenir le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique, avec une capacité de production de plus de 6.000 mégawatts – comme essentiel à son développement et à son électrification. Le Soudan et l’Égypte craignent qu’il ne restreigne leur accès à l’eau.

L’Égypte, qui considère ce projet comme une menace « existentielle », avait appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à intervenir.

Les dirigeants des trois pays se sont entretenus lors d’une visioconférence organisée et présidée par le chef de l’État sud-africain Cyril Ramaphosa, président en exercice de l’Union africaine (UA).

Les services du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont fait état d’un « accord final légalement contraignant et visant à prévenir toute action unilatérale, y compris la mise en eau du barrage ».

Même tonalité du côté de Khartoum où, selon le Premier ministre Abdallah Hamdok, il a été « convenu que la mise en eau du barrage serait reportée jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé ».

Mais dans son communiqué de juin dernier cité par l’AFP, Addis-Abeba ne mentionne pas de report en tant que tel et semble s’en tenir à son calendrier, tout en se disant prêt à poursuivre les discussions en vue d’un accord définitif.

L’Éthiopie s’est montrée réticente à l’implication de parties tierces dans le processus de négociations, notamment après la tentative de médiation de l’administration américaine, à la demande de l’Égypte, qui s’est soldée en février par un échec, Addis-Abeba accusant notamment les États-Unis de favoriser le Caire.

Dans son communiqué samedi, l’Éthiopie s’est félicitée de l’implication de l’Union africaine dans le dossier, réaffirmant que « les questions africaines doivent trouver des solutions africaines ».

L’UA a souligné dans un communiqué samedi que « 90 % des questions relatives aux négociations tripartites (…) avaient d’ores et déjà été résolues » et a appelé les pays concernés à « s’abstenir de toute déclaration ou toute action qui pourrait compliquer ou mettre à mal le processus de l’UA destiné à trouver une solution acceptable aux questions encore en suspens ».

Le Nil, qui coule sur quelque 6.000 km, est une source d’approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d’Afrique de l’Est. L’Égypte tire 97 % de ses besoins en eau de ce fleuve.

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU

RDC-UNPC : Jolino Makelele n’a pas exigé 40% de fonds octroyés par la Fondation Denise Nyakeru pour le congrès

Le Ministre de la Communication et médias, Jolino Makelele, est sorti de son silence pour éclairer l'opinion suite aux rumeurs qui ont...

Célestin Musao : « L’Assemblée est sur mille et un fronts, on ne peut réduire le travail aux plénières »

Le rapporteur de l'Assemblée nationale, Célestin Musao, fustige le comportement de certaines personnes qui pensent que le travail d'un élu national au...

SADC : la RDC et le Malawi élus président et vice-président du RPMLOC du Forum parlementaire

La République démocratique du Congo (RDC) et le Malawi ont été élus respectivement président et vice-président du Comité parlementaire régional de surveillance...

DGDA : action disciplinaire contre le DG a.i. Nkongolo pour « suspension des avantages accordés à certaines entreprises »

Le ministre des Finances, Sele Yalaghuli, a ouvert une action disciplinaire contre le Directeur général a.i. de la Direction Générale des douanes...

Beni : Aimé Ngoy Mukena stigmatise la manipulation des jeunes pour la déstabilisation de la RDC

Lors d'un point de presse dimanche 27 septembre 2020 à Beni (Nord-Kivu), le ministre de la Défense nationale, Aimé Ngoy Mukena, a...