mercredi, octobre 27, 2021
DRC
57,453
Personnes infectées
Updated on 27 October 2021 à 4:30 4 h 30 min
DRC
5,432
Personnes en soins
Updated on 27 October 2021 à 4:30 4 h 30 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 27 October 2021 à 4:30 4 h 30 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 27 October 2021 à 4:30 4 h 30 min

l'info en continu

Sud-Kivu : La Société Civile d’Uvira exige que le militaire meurtrier de Sange soit jugé sur place devant les victimes

- Publicité-

Le militaire du 122è bataillon des Forces Armées de la RDC a été arrêté depuis le vendredi 07 août 2020 à Nyangezi, en territoire de Walungu, pour avoir fusillé 14 personnes à Sange, dans le territoire d’Uvira. Bientôt deux mois, ce bourreau n’a pas encore été présenté devant les instances judiciaires.
Aucun procès n’est jusque-là organisé pour qu’il réponde de ses actes, regrette la nouvelle société civile congolaise, coordination d’Uvira qui hausse le ton.

La nouvelle société civile congolaise d’Uvira, par l’entremise de son président, André Byadunia, appelle le gouvernement provincial à déférer ce présumé criminel devant les instances judiciaires le plus rapidement possible à Sange, lieu du crime ou à Uvira et non à Bukavu comme le tient mordicus le gouverneur Théo Ngwabidje.

- Publicité-

Dans un entretien téléphonique avec Politico.cd, André Byadunia a fait savoir qu’il ne faut pas que ce militaire soit jugé à Bukavu ni à Kinshasa, mais plutôt à Sange pour que la population découvre que la RDC a un appareil judiciaire qui est aux côtés de paisibles citoyens.

Il dit avoir échangé avec plusieurs autorités militaires qui, malheureusement, l’ont signifié de l’instruction claire du gouverneur qui veut que son dossier soit ouvert à Bukavu.

_ »Le dossier était déjà à Bukavu, grâce aux plaidoyers, l’auditeur l’a transféré à Sange, mais par surprise, ce dossier a été ramené encore à Bukavu. Nous avions essayé de contacter toutes les autorités militaires et politico-administratives, toutes, nous ont renvoyés auprès du gouverneur comme quoi, c’est lui qui a interdit que ce procès ne puisse pas se dérouler à Sange ou à Uvira », a révélé André Byadunia.

Celui-ci appelle l’implication de députés nationaux et provinciaux pour que le gouverneur revienne sur sa décision et suive la volonté du peuple, qui veut voir ce présumé bourreau devant la justice.

Thierry M. RUKATA

- Publicité -

EN CONTINU