PUBLICITÉ

Tshopo: le maire de Kisangani alerte sur un mouvement d’inciviques qui opèrent en mode ADF

Le maire de la ville de Kisangani a, dans une communication diffusée lundi 14 septembre 2020 à la RTNC sous station du chef-lieu de la Tshopo, alerté sur la présence d’un mouvement des inciviques inconnus qui opèrent, sans inquiétude, en mode ADF.

Depuis début septembre, rapporte Jean-Louis ALASO, 8 personnes sont mortes dont deux égorgés. Le mode opératoire apparenté à celui des rebelles étrangers ADF est observé sur tous les morts, après des enquêtes.

«Mutilation des corps et/ou l’égorgement » sont entre autres les constats des services de sécurité.

Après leurs forfaits, ces hors-la-loi abandonnent la dépouille dans un endroit obscur et moins fréquenté.

L’autorité urbaine appelle, à cet effet, la population de la Tshopo et celle de Kisangani à une mobilisation tous azimuts.

Ainsi donc, écrit depechesdelatshopo.com, «tout cas suspect dans le quartier ou avenue doit être dénoncé aux forces de l’ordre ou de sécurité afin de mettre hors s’état de nuire ces tueurs qui troublent la quiétude des Boyomais.»

La semaine dernière, un corps sans vie a été découvert aux environs du cimetière de la guerre de six jours dans la commune Makiso.

Des enquêtes auraient révélé des traces de mutilation sur le corps de la pauvre victime.

Lundi 14 septembre 2020, plusieurs jeunes dits « Bana États-Unis », venus de la commune Mangobo, ont manifesté dans la rue contre ces tueurs à répétition en plein centre-ville de Kisangani, chef-lieu provincial de la Tshopo.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU