PUBLICITÉ

Ouverture de la session parlementaire: « Cette session s’ouvre dans un contexte sanitaire, social et économique particulier » (Jeanine Mabunda)

Dans son discours d’ouverture de la session de septembre ce mardi 15 mars, la présidente de l’assemblée nationale, Jeanine Mabunda rappelle: « Cette session s’ouvre dans un contexte sanitaire, social et économique particulier« .

Jeanine Mabunda note ces particularités en relevant plusieurs plans notamment sécuritaire, sanitaire et économique.

Sur le plan sécuritaire, la présidente de l’assemblée nationale estime que le programme DDR a montré ses limites d’où il faudrait le renforcer.

« J’invite le gouvernement à tout mettre en œuvre pour doter l’Armée davantage des moyens en vue de faire face aux attaques armées, » a-t-elle indiqué et d’ajouter: « Nous lançons un message d’espoir à ces compatriotes et nous les rassurons que l’Assemblée nationale sera toujours à leurs côtés« .

Sur le plan sanitaire, elle exhorte la population congolaise à continuer à observer les gestes barrières pour lutter contre la propagation du Coronavirus.

Elle signale que « cette évolution rassurante du Coronavirus ne doit pas faire oublier que notre pays fait face à la 11ème épidémie de la maladie à virus Ebola. J’en appelle au gouvernement de mettre les moyens à disposition de l’équipe de riposte« .

Sur le plan économique, « il y a risque d’aggraver la pauvreté et de toucher durement les populations les plus vulnérables ».

Jeanine Mabunda a également demandé au gouvernement d’accompagner le processus du rapatriement des restes de Patrice Emery Lumumba et l’organisation des obsèques, si la famille biologique le souhaitait.

«  Nous nous réjouissons entre autres aussi des signaux positifs encourageant provenant du Royaume de Belgique dont le plus récent est la réaction positive de ces autorités à restituer à la famille les restes de notre héro national Patrice Emery Lumumba. Nous demandons au gouvernement d’accompagner étroitement ce processus de rapatriement à venir ainsi que pour l’organisation des funérailles dignes de son rang si la famille le souhaitait, » a déclaré la speakerine de la chambre basse du Parlement.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU