lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 8:59 8 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 8:59 8 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 8:59 8 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 8:59 8 h 59 min

RDC: Les dessous de querelles autour des mises en place à l’OGEFREM

Des agents, cadres et hauts cadres de l’OGEFREM apportent leur soutien aux mises en place effectuées par le directeur général Patient Sayiba, alors que le Conseil des ministres a pris la décision de les sursoir, ainsi que celles de plusieurs autres entreprises publiques.

- Publicité-

Plusieurs agents, cadres et hauts cadres de l’OGEFREM ont apporté leur soutien aux nouvelles mises en place effectuées par le Directeur général Patient Sayiba, affirmant qu’en ce qui concerne cette société publique, ces changements ont été faits dans le strict respect des procédures et de la loi. Plusieurs sources au sein de la société ont par ailleurs fait des révélations autour des contestateurs. « Depuis l’époque du DG Kikwa, il n’y a jamais eu de mise en place à l’OGEFREM. Il avait donné quelques promotions sélectives à ses amis avec qui ils avaient sérieusement volé et détourné l’argent de l’entreprise au point de nous mettre dans une situation de crise totale. Une fois arrivé à la tête de l’OGEFREM, le DG Sayiba a naturellement procédé à un audit de la gestion de l’équipe précédente et le constat a été catastrophique. Dans ce genre de situation, les textes ne pouvaient qu’être appliqués, et près d’une dizaine de personnes ont été révoquées suite aux fautes graves commises », explique une source au sein de cette société publique.

Le Président Félix Tshisekedi a ordonné à certains ministres qui ont établi des mises en place au sein de certains établissements et services publics, notamment l’OGEFREM de rapporter ces décisions. C’est ce qu’indique le compte rendu du conseil de ministres du vendredi 11 septembre. Selon le Conseil des ministres, lesdites mises en place, qui sont intervenues sans une dérogation expressément accordée à la suite d’une demande motivée et justifiée par les besoins de fonctionnement de service surtout en cette période de lutte contre la Covid-19, créent des tensions sociales dans la mesure où elles portent en elles les germes de dissension et de subversion car, dans la plupart des cas, elles sont mal pensées.

Néanmoins, selon plusieurs agents de l’OGEFREM interrogés par POLITICO.CD, des personnes qui ont été remplacées seraient à la base d’une campagne de déstabilisation, dans le but de contester leurs départs. « Ces personnes ne cessent jour et nuit, de non seulement combattre l’équipe en place à l’OGEFREM, mais aussi, elles cherchent à déstabiliser le bon fonctionnement de notre Office. Le DG Sayiba paye régulièrement les cadres et agents, il a amélioré leurs conditions de travail, il a multiplié les recettes de l’entreprise et il rembourse les millions de dollars de dette que le DG Kikwa a laissé à l’entreprise », explique un cadre de l’OGEFREM qui a requis l’anonymat.

Selon les informations recueillies auprès de l’OGEFREM, les nouvelles mises en place ont concerné jusqu’à 90% des cadres et agents de la société. « Comment expliquer qu’il y a des tensions ? Ont-ils posé la question aux agents pour confirmer qu’il y a des tensions ? Il y a des nouvelles agences où ont été affectés de nouveaux responsables et leurs agents depuis plus d’un mois, ont leur a payé leur frais de mutation, billet d’avion et toutes les autres charges y relatives, aussi, il y a eu plusieurs promotions parce qu’il y avait beaucoup trop de postes vacants. Il fallait remettre de l’ordre dans l’organigramme de l’office », argumente notre source.

Dans une autre note parvenue à POLITICO.CD, plusieurs agents et cadres de l’OGEFREM appellent simplement le gouvernement à revoir sa décision de sursoir ces mises en place. « La grande majorité c’est à dire plus de 90% des cadres et agents ont vu leur situation sociale et professionnelle s’améliorer. Et vous voulez que d’un coup tout cela soit annulé? Tout ça à cause des jaloux? révoqués parce qu’ils ont volé ? Et qui rapportent des fausses informations à son Excellence Monsieur le Président de la République ? », interrogent-ils avant d’ajouter :

« Nous disons NON à cette machination et invitons les autorités à s’enquérir de la vraie situation et surtout de soutenir l’action du DG Sayiba qui est sans doute le meilleur mandataire placé à la tête de l’OGEFREM. Cette décision du conseil des ministres va sans doute créer une crise sans précédent à l’Office parce que plus de 90% des cadres et agents se verront rétrogradés, aussi comment faire avec tous ceux qui ont été muté ? Leur équipe ? Les agences vont rester vides ? Le conseil de ministre doit revoir sa décision et s’il le faut venir prendre la vraie info auprès des agents. Nous sommes et resterons unis ».

Thierry Mfundu

- Advertisement -
- Advertisement -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...