jeudi, octobre 21, 2021
DRC
57,402
Personnes infectées
Updated on 21 October 2021 à 13:19 13 h 19 min
DRC
5,381
Personnes en soins
Updated on 21 October 2021 à 13:19 13 h 19 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 21 October 2021 à 13:19 13 h 19 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 21 October 2021 à 13:19 13 h 19 min

l'info en continu

Haut-Katanga : Une ONG se plaint des conditions de détention dans les prisons de Kasapa, Buluo, Kipushi et Boma

- Publicité-

Une ONG juge préoccupante les conditions de détention dans les prisons de la Kasapa, de Buluo, de Boma et de Kipushi dans la province du Haut-Katanga.

Dans une déclaration citée par la radio Okapi, l’ONG basée à Lubumbashi « Comité de suivi pour la contribution des communautés et églises à la transformation humaine (COSCCET), évoque entre autres la surpopulation carcérale, la promiscuité, la vétusté des bâtiments, la mauvaise alimentation ainsi que le déficit de la sécurité dans ces lieux de détention. 

- Publicité-

Le COSCCET rappelle qu’à l’issue du monitoring effectué dans ces lieux de détention, le constat est tel que la plupart des prisons comptent plus de pensionnaires que prévus.

Le cas de la prison centrale de la Kasapa à Lubumbashi. Les statistiques du mois de juin 2020 montrent que les pensionnaires étaient au nombre de 2.399 dont 1.777 prévenus et 626 condamnés.

La capacité d’accueil de la prison étant de 600 détenus. Il y a également la vétusté des bâtiments abritant ces lieux de détention.  

Toujours d’après cette ONG, 5 de 9 prisons n’ont pas des médecins ni des infirmiers pour s’occuper des soins des détenus et condamnés.

Pour les prisons qui en ont, les infirmeries ne peuvent pas assurer la prise en charge sanitaire par manque de produits pharmaceutiques.

Le manque de moyen de transport ne permet pas aussi le transfert à temps des détenus malades dans un hôpital de référence.

Sur le plan alimentaire, tout en reconnaissant l’appui régulier du gouvernement provincial du haut Katanga à ces prisons, l’ONG indique cependant que le stock ne répond pas aux besoins quotidiens de la population carcérale.  

Toujours selon la Radio Okapi, le COSCCET recommande au ministre de la justice entre autres, de faciliter et de généraliser l’acceptation des propositions de mise en liberté conditionnelle adressées par les directeurs de prisons.

Aux cours et tribunaux civils et militaires de la province de tenir régulièrement des audiences foraines destinées à limiter les longues détentions préventives.

Elle l’invite également à favoriser de peines alternatives à la privation de liberté conformément à la loi.  

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU