dimanche, octobre 24, 2021
DRC
57,432
Personnes infectées
Updated on 24 October 2021 à 0:26 0 h 26 min
DRC
5,411
Personnes en soins
Updated on 24 October 2021 à 0:26 0 h 26 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 24 October 2021 à 0:26 0 h 26 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 24 October 2021 à 0:26 0 h 26 min

l'info en continu

Le Congo accorde de nouvelles dérogations à l’interdiction d’exportation pour le cuivre, le cobalt et l’étain

- Publicité-

La République démocratique du Congo a accordé samedi aux sociétés minières une dérogation indéfinie à une interdiction d’exportation d’hydroxyde et de carbonate de cobalt, ainsi que de concentrés d’étain, de tungstène et de tantale après avoir rencontré les plus grands mineurs du pays à Kinshasa, lit on dans une dépêche de Reuters du 22 août 2020.

Le ministère des Mines a également annoncé une dérogation à l’interdiction d’exportation du concentré de cuivre, mais a déclaré que la durée de cette dérogation restait à déterminer, les entreprises devant soumettre des propositions dans une semaine.

- Publicité-

Le Congo, premier producteur mondial de cobalt et plus grand producteur de cuivre en Afrique, a interdit les exportations de concentrés de cuivre et de cobalt en 2013 pour encourager les mineurs à transformer et raffiner le minerai dans le pays.

Mais une capacité de fusion insuffisante l’a conduite à émettre à plusieurs reprises des dérogations, dont la plus récente devait expirer samedi.

«Après un long débat, le ministre des Mines, le professeur Willy Kitobo Samsoni, a décidé … d’accorder une dérogation indéfinie pour les hydroxydes et carbonates de cobalt, les concentrés d’étain d’Alphamin et les concentrés de 3T [étain, tungstène et tantale],» a déclaré le ministère dans un communiqué.

Alphamin AFM.V, qui exploite une mine d’étain dans la province du Nord-Kivu au Congo, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

La décision viendra comme un soulagement pour les sociétés minières de cobalt, de cuivre et d’étain au Congo, ainsi que les fonderies et les affineurs en Zambie, qui traitent le cuivre du Congo, et en Chine, où une grande partie du cobalt du Congo est traitée.

En janvier, la société minière publique chinoise CNMC a lancé la première fonderie à grande échelle du Congo, la Lualaba Copper Smelter (LCS), capable de traiter 400.000 tonnes de concentré de cuivre et de produire environ 120.000 tonnes de cuivre blister par an.

Mais même à pleine capacité, LCS ne peut pas traiter tout le cuivre du Congo. Le Congo a produit 765 000 tonnes de concentré de cuivre au cours du seul premier semestre de l’année, a indiqué la banque centrale, en hausse de 13,4% d’une année sur l’autre.

Les mineurs dont le concentré de cuivre est incompatible avec le LCS doivent «rapidement» développer leur propre capacité de fusion sur place, a indiqué le ministère, ajoutant que tous les mineurs de cuivre présents à la réunion ont reconnu l’importance du traitement sur place.

Le Congo a produit 38 816 tonnes de cobalt au premier semestre 2020, en hausse de 6% d’une année sur l’autre selon la banque centrale. La production de concentrés «3T» – cassitérite de minerais d’étain, wolframite de minerais de tungstène et coltan de minerais de tantale – a cependant plongé.

Glencore GLEN.L, le plus grand mineur industriel de cobalt au Congo, a refusé de commenter cette décision.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU