mercredi, octobre 27, 2021
DRC
57,453
Personnes infectées
Updated on 27 October 2021 à 20:31 20 h 31 min
DRC
5,432
Personnes en soins
Updated on 27 October 2021 à 20:31 20 h 31 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 27 October 2021 à 20:31 20 h 31 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 27 October 2021 à 20:31 20 h 31 min

l'info en continu

Olivier Kamitatu qualifie la lettre des sénateurs américains plus qu’une piqûre de rappel, « un avertissement sans frais ! »

- Publicité-

La lettre des sénateurs américains demandant à l’administration Trump de démanteler le système de l’ancien Président Joseph Kabila n’a pas laissé indifférent le parti Ensemble pour la République de Moïse Katumbi.

Par le biais de son porte-parole Olivier Kamitatu, ce dernier qualifie ladite lettre de plus qu’une qu’une piqûre de rappel, mais bien un avertissement sans frais.

- Publicité-

« Très puissante lettre des Sénateurs US qui rappellent dans les termes les plus forts la nécessité de poursuivre en RDC la lutte contre la corruption, d’étendre les sanctions en désignant des cibles jusqu’ici épargnées. Plus qu’une piqûre de rappel, un avertissement sans frais ! », a écrit l’ancien Ministre de plan sur son compte tweeter.

Rappelons que dans leur lettre envoyée,ble lundi 17 août 2020, par le président de la commission sénatoriale des Relations étrangères, Jim Risch (R-ID), le membre de rang Bob Menendez (D-NJ), et les sénateurs Marco Rubio (R-FL), Tim Kaine (D-VA), Ted Cruz (R-TX), Chris Coons (D-DE), David Perdue (R-GA), Benjamin Cardin (D-MD) et Cory Booker (D-NJ) au Secrétaire d’État, Mike Pompeo et au Secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, ont insisté sur la nécessité de faire pression pour des réformes structurelles en République démocratique du Congo.

« En particulier, les efforts des États-Unis devraient se concentrer sur le démantèlement du système kleptocratique de l’ancien président Kabila, de sorte que les vastes richesses naturelles de la RDC profitent au peuple congolais. Sans s’attaquer à la corruption et à son impact sur les questions de gouvernance, du conflit violent, aux élections et aux droits humains, ce bref moment de promesse sera perdu pour les mêmes forces qui ont contribué à une histoire d’exploitation en RDC », ont-ils indiqué dans leur lettre.

« Si l’administration Tshisekedi peut démontrer des progrès dans la lutte contre la corruption et faire progresser les réformes pour répondre aux besoins du peuple congolais, « cela affaiblira le système prédateur qui a frappé le pays et laissé trop de citoyens vivant dans la pauvreté et vulnérables à la violence. », ont-ils poursuivi.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU