lundi, octobre 18, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Député Tony Muaba : « Si le Premier ministre n’est plus à la hauteur de ses tâches, il n’a qu’à démissionner »

- Publicité-

Le député national issu du Cap pour le Changement (CACH), Tony Muaba, est d’avis que, « si le Premier ministre n’est plus à la hauteur de ses tâches, il n’a qu’à démissionner ».

Sa réaction, mercredi 22 juillet 2020 sur radio Okapi, est consécutive au communiqué du Front Commun pour le Congo (FCC), dans lequel la famille politique de l’ancien président Joseph Kabila « désapprouve les ordonnances du Chef de l’État contresigné par le VPM Gilbert Kankonde qui nomme des hauts responsables dans l’armée, la justice et dans certains établissements publics ».

- Publicité-

L’élu de Lukunga  » comprend que si la conférence des présidents du FCC désapprouve les dernières nominations dans l’armée et la justice, c’est parce qu’elle exige un partage préalable des: magistrats, juridictions, parquets et des officiers militaires entre FCC-CACH dans ces domaines régaliens ».

Tony Muaba juge « pathétique » la position du FCC, dans le document suivant :

« #RDC: La conférence des Pdts du Fcc désapprouve les dernières nominations dans l’armée et la justice. Si je comprends bien, elle exige un partage préalable des: magistrats, juridictions, parquets et des officiers militaires entre fcc-cach dans ces domaines régaliens. Pathétique ! ».

Mardi 21.juillet 2020, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a annoncé qu’il va rencontrer le président Félix Tshisekedi « pour tirer au clair » le contreseing du vice-Premier ministre de l’Intérieur sur les récentes ordonnances de nominations au sein de l’armée et de la justice. 

Tony Muaba a affirmé que « le Cap pour le changement estime qu’aucune disposition constitutionnelle ni règlementaire n’a été violée ».

Il renvoie, par conséquent, le Premier ministre à l’alinéa 2 de l’article 90 de la Constitution. 

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU